•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les cultures de chanvre à la conquête des Prairies canadiennes

L’Alberta est la province qui en produit le plus, suivie de la Saskatchewan et du Manitoba.

Un champ de culture de chanvre.

La culture du chanvre industriel gagne en popularité depuis la légalisation du cannabis.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Radio-Canada

La superficie des cultures de chanvre a presque décuplé en une vingtaine d'années au Canada. Aidée par la légalisation du cannabis et sa popularité croissante dans le monde culinaire, cette industrie a le potentiel de devenir un important moteur économique dans les Prairies, selon certains experts du milieu.

Rod Lanier fait pousser du chanvre depuis 12 ans près de Lethbridge, dans le sud de l’Alberta. Jusqu’à tout récemment, les odeurs émanant de son champ ne manquaient pas d’attirer l’attention des policiers.

Chaque printemps, la police venait me demander : "Monsieur Lanier, est-ce du chanvre ou de la marijuana que vous avez?" Je leur répondais : "Si c’était de la marijuana, vous croyez que je la ferais pousser sur une telle superficie juste à côté de l’autoroute?”

Le chanvre est un type de plante de cannabis qui contient peu ou pas de THC (la molécule qui provoque un effet euphorisant). Il est utilisé pour en faire divers produits alimentaires, mais aussi des textiles et même de l’encre. 

Les graines de cette plante ont d’ailleurs connu une popularité croissante en tant que « superaliment » durant les dernières années. La légalisation du cannabis, en 2018, a permis aux agriculteurs de commencer à extraire et à commercialiser le CBD de leurs plants.

Dans les Prairies canadiennes, les commerces et les cultures spécialisés se sont multipliés récemment.

Faire du chanvre le nouveau canola

Selon Santé Canada, les cultures de chanvre au pays sont passées d’une superficie totale de 2400 hectares en 1998 à 22 000 hectares en 2020. 

L’Alberta est la province qui en produit le plus, suivie de la Saskatchewan etdu Manitoba.

L’industrie reste, somme toute, naissante, mais le président de l'entreprise Blue Sky Hemp Ventures, Andrew Potter, est plein d’espoir pour son avenir.

Comment fait-on du chanvre le nouveau canola? Comment le transforme-t-on en une culture de 500 000 acres [202 343 hectares] dans les 10 prochaines années? demande-t-il.

Je crois que c’est tout à fait faisable.

Il croit que l’utilisation de toutes les parties de la plante de chanvre est la clé du succès de l’industrie.

Blue Sky Hemp Ventures, fondée en 2017, possède déjà une usine d’extraction du CBD près de Saskatoon. Elle a aussi une usine dans le centre de la province qui transforme quelque 5500 tonnes de chanvre par an en produits alimentaires comme de l’huile de chanvre ou de la poudre protéinée.

Andrew Potter planifie l’ouverture d’une autre usine de transformation qui se concentrera sur la production de fibres textiles à partir des tiges de chanvre.

BioComposites Group, une autre entreprise qui exploite une usine de transformation près de Drayton Valley, en Alberta, pense aussi qu’il y a beaucoup d’argent à faire en utilisant toutes les parties du chanvre.

Son président, Dan Madlung, espère ouvrir une deuxième usine prochainement.

Nous avons ce qu’il faut pour développer une nouvelle industrie, dit-il. Mais il y a beaucoup d’intérêt pour cela partout en Amérique du Nord [...]. D’autres joueurs seront peut-être plus rapides que nous.

Le directeur de l’organisation sans but lucratif Alberta Hemp Alliance, Manny Deol, dit que les exportations de chanvre canadien totalisaient 110 millions de dollars en 2019, mais il croit que l’industrie pourrait être évaluée à 1 milliard de dollars d’ici 2030.

Correction :

  • Une version précédente de ce texte indiquait que 500 000 acres représentaient l'équivalent de 202 000 hectares, plutôt que 202 343 hectares.

Avec les informations d’Amanda Stephenson, de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !