•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Environ 900 travailleurs en grève à l’aluminerie de Rio Tinto à Kitimat

Un cargo est amarré tout près de la fonderie, qui est entourée par la forêt.

Une vue aérienne au-dessus de la fonderie de Rio Tinto, à Kitimat.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Radio-Canada

Après sept semaines de négociations infructueuses, environ 900 employés de l’aluminerie de Rio Tinto à Kitimat, en Colombie-Britannique, ont commencé une grève dans la nuit de samedi à dimanche.

Le local 2301 du syndicat Unifor, qui représente les travailleurs de l’aluminerie, avait donné un préavis de grève 72 heures plus tôt à Rio Tinto. Le débrayage a officiellement commencé une minute après minuit dimanche.

Le président national d’Unifor, Jerry Dias, affirme que cette grève est essentiellement due à la cupidité et au manque de respect de Rio Tinto.

Selon le syndicat, les plans de retraite et les avantages sociaux des employés n’ont pas changé depuis plus de 10 ans. Unifor dit que les négociations portaient principalement sur cela ainsi que sur l’accumulation de plus de 300 griefs liés à l’utilisation de sous-traitants et au refus de Rio Tinto d’embaucher plus d’employés à temps plein.

Les négociations entre le syndicat et la partie patronale se sont poursuivies jusqu’au déclenchement de la grève. 

Rio Tinto voulait « un résultat mutuellement bénéfique »

Rio Tinto a affirmé dimanche que l'entreprise a tout fait pour arriver à un résultat mutuellement bénéfique.

Dans un courriel, un porte-parole du groupe minier a expliqué que la centrale électrique et l'affineur continuent de fonctionner avec des employés qui travaillent sous un ordre de service essentiel, comme le permet la Commission des relations de travail de la Colombie-Britannique.

« Rio Tinto est en train d'évaluer comment cela va toucher la production d'aluminium. Elle travaillera de près avec ses clients, ses employés et la communauté pour limiter les perturbations  », précise le porte-parole.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !