•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La GRC surveillait le mouvement nationaliste canadien dès les années 1960

Une enseigne sur un mur présentant le logo de la GRC et ses appellations anglaise et française.

Logo de la Gendarmerie royale du Canada.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

La Presse canadienne

Le service de renseignement a surveillé le mouvement nationaliste canadien dès les années 1960 et 1970 en examinant sa littérature, en ayant recours à des indicateurs et en surveillant prudemment les signes d'infiltration communiste.

Le service de sécurité de la GRC, dont la mission était de surveiller les éléments subversifs, a notamment suivi discrètement l'essor du Comité pour un Canada indépendant, craignant qu'il soit mûr pour l'exploitation ou la manipulation par les radicaux.

Le comité, qui comptait dans ses rangs de nombreuses personnalités politiques et culturelles, revendiquait un plus grand contrôle canadien dans les secteurs industriels, médiatiques et s'opposait à la forte influence américaine, particulièrement en politique étrangère.

La Presse Canadienne a utilisé la Loi sur l'accès à l'information pour obtenir le dossier constitué par la GRC comprenant quatre volumes et 538 pages sur le comité. Elle a aussi demandé et reçu un dossier sur une autre organisation précurseure de Bibliothèques et Archives Canada.

Certains passages, bien que vieux de plus de 60 ans, n'ont pas été remis.

Le Service canadien du renseignement de sécurité, qui a assumé les fonctions de contre-subversion de la GRC en 1984, a transféré les documents aux Archives nationales, compte tenu de leur importance historique.

Stephen Azzi, un professeur de gestion politique à l'Université Carleton, dit que le Comité pour un Canada indépendant a en fait été formé pour empêcher le mouvement nationaliste canadien de tomber entre les mains des communistes et d'une gauche plus radicale représentée par l'aile Waffle au sein du NPD.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !