•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Nouvelle-Écosse sollicite les commentaires du public pour modifier sa mine d'or

La mine d'or à Touquoy des airs.

La mine Touquoy d'Atlantic Gold, à Moose River, manque d'espace pour entreposer ses résidus de roches.

Photo : Ecology Action Center / Raymond Plourde

Radio-Canada

Le public est invité à commenter les changements qui pourraient être apportés à la seule mine d'or de la province, exploitée par Atlantic Mining Nova Scotia Inc. La compagnie veut modifier la façon dont elle gère ses déchets miniers, car certaines zones d’entreposage ont déjà atteint leur pleine capacité.

Mieux connue sous le nom d’Atlantic Gold, cette entreprise extrait de l'or à sa mine Touquoy, à Moose River, depuis 2017. Elle devrait être en production jusqu'en 2024, mais la zone d’entreposage des résidus miniers - les déchets qui restent après que l'or ait été extrait de la roche - devrait être remplie d'ici mars 2022.

Selon le porte-parole d’Atlantic Gold, Dustin O'Leary, les sites d’entreposages sont déjà pleins puisqu’en 2019, l’entreprise y a entreposé 50 000 tonnes de résidus aurifères datant de plus d’un siècle.

Un lac à ciel ouvert

Atlantic Gold souhaite entreposer les résidus dans la fosse à ciel ouvert, une fois l'exploitation de la mine terminée l'année prochaine.

La mine à ciel ouvert de la mine d'or Touquoy d'Atlantic Gold à Moose River.

La fosse se remplira des eaux souterraines et des précipitations.

Photo : CBC / Paul Palmeter

Lorsque le niveau d'eau atteindra une certaine hauteur, elle s'écoulera dans la rivière Moose.

L'entreprise dit qu'elle prévoit traiter l'eau en ajustant le pH dans le lac à ciel ouvert, rempli d'eau, afin qu'elle réponde aux normes de qualité de l'eau à déverser dans la rivière. Si les tests montrent que l'eau doit être traitée davantage, elle sera pompée vers une installation de traitement avant d'être rejetée.

L’entreposage des roches stériles

L'espace d'entreposage des roches stériles - celles à faible teneur qui ont été retirées, mais non traitées pour l'or - a atteint sa capacité plus tôt cette année.

L'aire d'entreposage des résidus de la mine d'or d'Atlantic Gold à Moose River.

Atlantic Gold utilise actuellement la fosse à ciel ouvert pour entreposer l'excédent.

Photo :  CBC / Paul Palmeter

Selon Dustin O'Leary, si la zone d’entreposage des roches stériles manque d’espace, c'est parce qu'elle a été réduite en 2017 pour faire place à des bassins de collecte destinés à capter et à traiter l'eau.

Les changements proposés :

  • Étendre la zone de stockage des stériles de 35 à 42 hectares, un projet qui affecterait les zones humides et nécessiterait le déplacement d'une route d'accès ;

  • Extraire de l'argile sur six hectares supplémentaires de son terrain, afin de déplacer la route.

Atlantic Gold affirme que les modifications suggérées pourraient affecter la qualité de l'eau, les eaux souterraines et l'habitat des poissons.

Elle ne s'attend toutefois pas à ce qu'il y ait des effets environnementaux résiduels importants.

La proposition est ouverte aux commentaires du public jusqu'au 16 août, et le ministre de l'Environnement prendra une décision au plus tard le 5 septembre.

Atlantic Gold a trois autres projets de mines à divers stades d'évaluation environnementale. Selon l’entreprise, ces projets - Beaver Dam, Fifteen Mile Stream et Cochrane Hill - utiliseraient probablement les installations de traitement de Touquoy, mais devraient être soumis à des processus d'approbation distincts.

D'après un texte de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !