•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le passage annoncé à la phase verte au N.-B. suscite joie et anxiété

Des visiteurs et une guide à l'entrée d'un édifice public.

Les visiteurs à l'Aquarium et Centre marin du Nouveau-Brunswick à Shippagan doivent se plier aux messures sanitaires liées à la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Nouveau-Brunswick laissera tomber toutes ses mesures sanitaires le 30 juillet. Le passage à la phase verte signifie que le port du masque n'est plus obligatoire et qu'il n'y aura plus de limites sur le nombre de clients à l'intérieur des commerces.

À l'entrée de l'Aquarium et Centre marin du Nouveau-Brunswick à Shippagan, les mesures de la Santé publique font partie des tâches de Joanie Comeau à l'accueil.

Avant que vous puissiez entrer, il y a juste quelques questions COVID qu'il faut que je vous pose , répète inlassablement la jeune femme. Avez-vous l'un des symptômes suivants? Fièvre, sensation de fièvre, mal de gorge, mal de tête? Une routine qui peut se répéter de 300 à 400 fois par jour, estime Joanie Comeau. À partir de vendredi prochain, ce sera fini. Joanie Comeau reconnaît qu'elle a hâte.

Je pense que je vais quand même porter mon masque dans certaines situations, parce que, juste pour être sécuritaire. Personnellement, j'ai des personnes à risque dans ma famille, pis je voudrais rester sécuritaire autant que possible.

Une citation de :Joanie Comeau
Deux femmes masquées discutent devant l'entrée d'un édifice. L'une des deux tient un presse-papier.

Josiane Comeau fait passer le questionnaire de la Covid-19 aux visiteurs de l'Aquarium et Centre marin du Nouveau-Brunswick à Shippagan.

Photo : Radio-Canada

Elle n'est pas seule. Après un an et demi, tout le monde ne veut pas nécessairement laisser tomber d'un coup toutes les mesures sanitaires. Ça me paraît un petit peu trop tôt , indique Matt Maher, un résident de Miramichi qui craint notamment que de relâcher les mesures sanitaires ait pour effet de décourager certaines personnes de recevoir la 2e dose du vaccin.

Toutefois, la fin des mesures sanitaires est reçue un peu comme l'annonce d'un retour à la vie normale. On se sent libéré, on va souffler un 'ouf' de soulagement! Il était vraiment temps laisse tomber Patrick Tiam. Carole Kelly est du même avis. C'est un soulagement ! Parce que des fois quand tu arrives au magasin, tu ne pensais pas à mettre ton masque. Tu as tout le temps une crainte! [...] Au moins on va revoir le sourire du monde!

N'empêche qu'une fois l'enthousiasme passé, quelques questions demeurent. Je trouve ça inquiétant un peu, parce qu'on ne sait pas, sans masque, à quoi s'attendre confie Fernande Benoit. C'est un peu vite. Je ne dis pas qu'on n'est pas tannés de le porter, mais on s'est habitués, note-t-elle.

Macha Lanteigne-Ward aurait aimé que les changements soient implantés progressivement. Je trouve que c'est de trop bonne heure pour le masque et le lavage des mains.

Annette Lanteigne constate que cette mesure a eu des effets bénéfiques. On a vu des résultats. Le monde s'est lavé les mains. Il n'y a pas eu de grippe, il n'y a pas eu de gastro, il n'y a pas eu de plein d'affaires.

D'autres croient que certains comportements adoptés en pandémie ne disparaîtront pas dès le passage en phase verte. On est assez habitué à laver nos mains et mettre nos masques, que je ne sais pas si ça va changer quelque chose, estime Brigitte Goupil.

Soulagement chez les commerçants

Pour des commerçants de la province, l'arrivée à la phase verte est plutôt synonyme d'enthousiasme, une fois la surprise initiale passée. Tous s'attendaient à ce que l'annonce officielle coïncide avec l'atteinte de 75% de gens pleinement vaccinés.

Une femme souriante devant une vitrine où se trouvent des mannequins.

Michelle Parker est copropriétaire d'une boutique au centre-ville de Moncton.

Photo : Radio-Canada

De nombreux commerçants avaient le même commentaire aux lèvres : ils ont hâte de revoir les sourires de leurs clients et de leurs employés. On est certainement fiers de revoir les visages de nos clientes, ça fait tellement longtemps qu'on ne voit pas les sourires des gens qu'on aime tellement, alors on est excités pour ça c'est sûr, confie Michelle Parker, copropriétaire d'une boutique au centre-ville de Moncton. C'est pas souvent que nous avons des grosses foules dans la boutique tout en même temps donc ça ne va pas changer ça beaucoup.

Un homme souriant devant un décor naturel.

Le restaurateur Gene Cormier.

Photo : Radio-Canada

Les gens peuvent entrer avec leurs masques ou pas, on a fait la même chose avec nos employés aussi, on va leur donner le choix, explique Gene Cormier, propriétaire du restaurant Euston Park. S'ils se sentent mieux de porter le masque, ils peuvent le faire, mais on veut voir les sourires. Nous, c'est ça qu'on veut. Donc c'est certain qu'on veut que nos employés puissent communiquer et avoir l'expression d'hospitalité comme qu'on le connaît.

Louis-Philippe Gauthier, directeur principal des Affaires législatives du Canada Atlantique de la Fédération canadienne des entreprises indépendantes.

Louis-Philippe Gauthier, directeur principal des Affaires législatives du Canada Atlantique de la Fédération canadienne des entreprises indépendantes.

Photo : Radio-Canada

D'un point de vue économique, le directeur des affaires législatives en Atlantique de la Fédération canadienne des entreprises indépendantes s'attend à ce que l'arrivée de la phase verte puisse amener plus de clients, même s'il est d'avis qu'il faudra attendre de voir comment la situation évolue. Nos données l'ont démontré clairement tout au long de la pandémie, quand on donnait des mises à jour aux différents paliers de gouvernement. Aussitôt que les mesures de santé étaient enlevées, on voyait un regain au niveau de certaines entreprises, dans certains secteurs souligne Louis-Philippe Gauthier. Maintenant la question, c'est de savoir combien de temps ça va perdurer dans les habitudes de consommation, conclut-il.

Les commerçants auront la semaine pour se préparer à accueillir les clients sans restrictions. Ils devront continuer à suivre les politiques de la province relatives à la propagation de maladies transmissibles.

Avec des informations d'Alix Villeneuve et de Sarah Déry

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !