•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une étude pour tenter de soulager les malades de la COVID longue

La médecin est masquée dans une salle d'examen à l'hôpital.

Depuis septembre 2020, la Dre Thao Huynh, épidémiologiste et cardiologue du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) étudie les effets de la COVID longue.

Photo : Gracieuseté : CUSM

Radio-Canada

Une étude québécoise est en cours auprès de 200 adultes pour mieux comprendre et traiter les victimes de ce que l'on appelle la COVID longue.

L'étude, dirigée par la Dre Thao Huynh, épidémiologiste et cardiologue du Centre universitaire de santé McGill, vise à évaluer pendant un an 200 adultes d'âges divers qui subissent les effets de la maladie sur une longue période.

Une subvention de Pfizer

Le projet, amorcé en septembre dernier, profite d'une subvention de 250 000 $ de la compagnie pharmaceutique Pfizer, celle-là même qui a créé un des vaccins contre le virus.

La Dre Huynh affirme que la compagnie a accordé la subvention à son équipe sans imposer de conditions à ses travaux.

Nous avons conçu [l'étude] de A à Z. C'était probablement la subvention la plus inconditionnelle que j'ai jamais eue.

Une citation de :Dre Thao Huynh, épidémiologiste

La subvention devrait permettre aux chercheurs de McGill et de l'Université de Sherbrooke de tester la santé cardiovasculaire, les systèmes gastro-intestinal et urinaire des 200 sujets et leur fonctionnement intellectuel.

Un an après le début de la pandémie, les malades de longue date atteints de la COVID-19 ont encore du mal à se faire soigner.

C'est le cas de Josée Laroche qui participe à l'étude.

En attente d'un fauteuil roulant

Neuf mois après avoir attrapé la COVID-19, alors qu'elle était en service dans une zone chaude, elle peut à peine marcher.

J'ai besoin, en fait, de me procurer un fauteuil roulant, a-t-elle déclaré à l'émission Let's Go de CBC Montréal.

Josée Laroche sourit à la caméra.

Josée Laroche a contracté la COVID sur son lieu de travail.

Photo : Gracieuseté : Josée Laroche

Mon cœur était en parfaite santé avant la COVID. Je n'étais jamais malade.

Une citation de :Josée Laroche

La jeune femme a passé trois tests de dépistage de COVID-19 avant d'obtenir un résultat positif.

Elle avertit les jeunes qui pensent être immunisés contre le virus qu'ils peuvent eux aussi présenter des symptômes à long terme.

Pour moi, [la douleur] n'a jamais vraiment cessé après la grande infection, dit-elle.

Mme Laroche espère que des études similaires à celle du CUSM inciteront le gouvernement du Québec à reconnaître la gravité des souffrances des victimes de la COVID longue.

Palpitations cardiaques, migraines vicieuses, vertiges intenses et brouillard cérébral ne sont que quelques-uns des symptômes graves qui affligent ces patients, explique la Dre Huynh.

Le nombre de cas d'infection par la COVID-19 approche 200 millions, mais on ne connaît pas le nombre exact de personnes qui restent affaiblies après l'infection.

J'ai vu pas mal de patients qui étaient jeunes et en bonne santé... qui sont tombés malades et qui ne peuvent plus rien faire.

Une citation de :Dre Thao Huynh, épidémiologiste

La moitié des nouveaux cas chez les jeunes

Actuellement, les jeunes adultes du Québec font partie du groupe d'âge admissible au vaccin dont le taux de vaccination est le plus faible de la province (70 %).

Dans un tweet, le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, a déclaré jeudi que près de la moitié des nouveaux cas de COVID-19 dans la province entre le 1er et le 20 juillet ont été découverts chez des personnes âgées de 20 à 30 ans.

Certains patients ne ressentent pas l'infection initiale, mais ils présentent ensuite des symptômes graves, a déclaré la Dre Huynh.

Josée Laroche se console de ne pas avoir tout perdu.

D'une certaine manière, j'ai la chance d'être tombée malade à cause de mon travail, donc je suis indemnisée, mais il y a des gens qui sont malades et qui ont à peine les moyens de vivre.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !