•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un périple en calèche de la Saskatchewan au Manitoba

Deux chevaux et une calèche dans un stationnement.

La calèche s'est arrêtée à Stoughton, en Saskatchewan.

Photo : Gracieuseté de Pat Hume

Radio-Canada

Deux cousins voyagent à bord d’une voiture tirée par des chevaux de la Saskatchewan au Manitoba afin de commémorer un périple de 630 kilomètres qu’avait effectué leur grand-père.

Difficile de manquer le duo au bord de l’autoroute 13, dans sa calèche longue de 3 m, protégée de panneaux de plexiglas et dont le pare-chocs jaune porte l’inscription, en anglais, Geezers on Board (petits vieux à bord).

Plus tôt ce mois-ci, les cousins Derwin Clarke et Joe Alexander, originaires de l’Alberta et du Manitoba, ont entrepris leur traversée à partir d’Eastend, en Saskatchewan. Leur destination est Virden, au Manitoba.

Une calèche rouge recouverte portant l'inscription «Geezers on Board».

Le pare-chocs porte l'inscription «Geezers on Board».

Photo : Gracieuseté de Pat Hume

Derwin Clarke raconte que leur grand-père avait lui-même entrepris un tel voyage il y a environ un siècle, lorsqu’une sécheresse avait frappé sa propriété près de Frontier, en Saskatchewan. Il avait alors décidé de plier bagage en calèche avec sa femme et ses enfants, en direction de sa ville natale, Virden.

S’ils reproduisent le périple de leur aïeul, se levant tôt le matin afin de combattre la chaleur et s’arrêtant souvent pour permettre aux chevaux de se rafraîchir, les deux cousins ont néanmoins modernisé leur véhicule, désormais muni de sièges baquets inclinables et d’une toilette électrique.

Derwin Clarke et Joe Alexander souriant avec leurs chevaux et leur calèche dans un champ.

Derwin Clarke (à droite) et Joe Alexander (à gauche) lors d'une pause à Ogema, en Saskatchewan

Photo : Gracieuseté de Donna McMullan

En entrevue à CBC, les deux cousins déclarent être touchés par la générosité des gens qu’ils rencontrent sur la route et qui leur offrent l’hospitalité, de la nourriture et de l’eau. Une femme a donné à Derwin des nouvelles lunettes parce qu’il avait perdu les siennes, raconte Joe Alexander.

Derwin Clarke dit sentir que les gens ont besoin d’une personne à qui parler ou d’un sujet de conversation en raison de la pandémie.

Une fois l’équipage rendu à destination, une remorque ramènera les chevaux à bon port.

Avec des informations de Samanda Brace

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !