•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une famille de Lévis s'illustre en chanson au Japon

Une mère derrière ses deux enfants, dont une petite fille porte un costume de Pikachu

Valérie Harvey et ses deux enfants, Léo et Émi

Photo : Radio-Canada / Sébastien Tanguay

Il n’y a pas que les athlètes québécois qui vont faire briller le Canada au Japon cet été. Une famille de Lévis a récemment remporté un concours de chant organisé par le télédiffuseur public nippon, grâce à leur interprétation d’une chanson japonaise face au Saint-Laurent, avec Québec en toile de fond.

Leur vidéoclip de 2 minutes 54 secondes a parcouru 10 000 km pour séduire le jury de l’émission Nodo Jiman, diffusée chaque fin de semaine sur NHK.

C'est très grand, la NHK. Un peu comme Radio-Canada, c'est leur télé nationale, explique Valérie Harvey, instigatrice du projet, mère de famille et grande passionnée du Japon.

Leur interprétation de la chanson Dynamic Ryûkyû, par Akira Ikuma, a récolté le prix spécial parmi 644 propositions venues du monde entier.

C'est Léo qui a eu l'idée de la chanson et ça nous a tous motivés parce que c'était une chanson qu'on aimait déjà beaucoup, raconte la mère de famille en se tournant vers son aîné.

La chanson parle surtout de la mer, des vagues et de l’eau, explique Léo du haut de ses 10 ans.

Oui, tous les membres du petit clan Harvey-Arsenault ont participé à la prestation : Valérie et son époux, Philippe, tous deux passionnés par la culture japonaise, comme Léo et sa petite sœur Émi, âgée de seulement 6 ans.

Une mère et ses deux enfants accoudés à une barrière métallique. Ils regardent le fleuve et Québec.

Valérie Harvey, Émi et Léo Harvey-Arsenault devant le fleuve et Québec

Photo : Radio-Canada / Sébastien Tanguay

La cadette est même la seule à avoir appris les paroles à même l’alphabet japonais!

J’avais transcrit les paroles dans notre alphabet à nous, pour que ce soit plus facile. Mais Émi, elle n’est pas encore en première année; elle n’est pas encore capable de lire. Mais pendant toute l’année, elle avait déjà révisé les hiraganas et les katakanas, qui sont les caractères de base en japonais. Elle était capable de lire en japonais!

Une citation de :Valérie Harvey, sociologue et auteure

Les JO, une clé vers le Japon

Les Harvey-Arsenault vivent une grande histoire d’amour avec le Japon.

C'est un peu notre pays d’adoption, explique Valérie Harvey. Au début, c'était un lien académique. J'apprenais le japonais, c'était pour découvrir le pays. C’est devenu, depuis, un lien très affectif.

Les anneaux olympiques installés aux abords du stade de Tokyo pendant le lancement de feux d'artifice.

Les anneaux olympiques installés devant le stade de Tokyo, qui accueillera les épreuves d'athlétisme

Photo : Getty Images / Lintao Zhang

En font foi les tonnes de messages envoyés par leurs amis japonais, étonnés de voir la famille québécoise remporter un prix musical à la télévision nationale.

Au Japon, il y a trois façons de dire le mot lien, souligne Valérie. C’est dire à quel point c’est important pour eux!

L’engagement, autant en affaires qu’en amitié, revêt aussi une importance presque sacrée.

Si les Japonais acceptent quelque chose, comme un contrat - ou un engagement à des Jeux olympiques, par exemple -, c'est très important, poursuit Valérie. Ça va être très long avant d’avoir un lien avec une entreprise japonaise, mais quand c'est fait, c'est pour longtemps. Les amitiés, c'est la même chose.

Une foule déambule dans une rue de Tokyo.

Le Japon vit à un rythme effréné à l'extérieur de la bulle olympique.

Photo : Getty Images / Carl Court

Les Jeux olympiques de Tokyo, pour Valérie, représentent une occasion de découvrir la richesse culturelle nippone, souvent mal comprise à l’étranger.

C'est une porte d'entrée qui est facile, croit la sociologue, aussi auteure de plusieurs livres mettant en scène son Charlevoix natal et son Japon d’adoption. La culture pop représente le soft power du Japon, que ce soit les arts martiaux, les dessins animés, les mangas, les jeux vidéos.

Des Québécois qui s'illustrent

Autant le Québec consomme énormément de culture japonaise, autant le Japon admire l’art et les idoles d’ici.

Une représentation de l'opéra Le Rossignol, mis en scène par Robert Lepage, au Grand Théâtre de Provence, à Aix-en-Provence.

L'homme de théâtre québécois Robert Lepage a mis en scène Le Rossignol, d'Igor Stravinsky, dont l'orchestre était dirigé par le Japonais Kazushi Ono.

Photo : afp via getty images / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

Le Cirque du Soleil, Robert Lepage, Céline Dion sont tous très populaires [au Japon]. [Les Japonais] aiment beaucoup l'innovation qu'il y a dans l'art québécois, observe Valérie Harvey. On ne va pas hésiter à mélanger les genres et ça, ils apprécient beaucoup.

Le voyage d’un an prévu au Japon par la famille apportera sans doute beaucoup de dépaysement aux enfants. Ces derniers ne s’en formalisent pas : le costume de Pikachu arboré par Émi et la casquette affichant le caractère japonais de samouraï porté par Léo témoignent de leur fascination pour le pays du soleil levant.

Une enfant dans un costume de Pikachu

Émi Harvey-Arsenault

Photo : Radio-Canada / Sébastien Tanguay

Chaque fois qu’on va au Japon, on découvre de nouvelles choses, s’enthousiasme l’aîné. Même Émi, avec sa mémoire toute jeune, a déjà rapporté de beaux souvenirs du pays.

C’est là que j’ai eu ma fête de quatre ans, explique-t-elle.

Avec un dessert dont raffolent autant les Québécois que les Japonais : le shortcake aux fraises.

NHK World diffusera l'émission Let’s Sing Japanese Songs 2021 fin août.
Il sera possible d'y voir la famille Harvey-Arsenault en prestation, le 27 ou le 28 août.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !