•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

SPO rappelle l’importance du dépistage chez les personnes vaccinées symptomatiques

Une femme portant un masque chirurgical marche sur un trottoir du centre-ville d'Ottawa.

Pour l'heure, le nombre de tests de dépistage positifs est bas et les indicateurs dans les eaux usées ne sont pas alarmants, à Ottawa (archives).

Photo : Radio-Canada / Trevor Pritchard

Radio-Canada

Santé publique Ottawa (SPO) s’attend à une légère hausse des cas de COVID-19 depuis l’entrée à la phase 3 de déconfinement de l’Ontario. La santé publique appelle la population à poursuivre ses efforts de dépistage et à respecter les mesures sanitaires, même pour les personnes entièrement vaccinées.

Les autorités de santé encouragent les Ottaviens ayant reçu une première et une deuxième dose de vaccin à se faire tester contre la COVID-19 s’ils développent des symptômes de la maladie.

Nous voyons, depuis les derniers jours, plus de cas et plus de personnes positives à la COVID-19 que dans les dernières semaines, a indiqué le Dr Brent Moloughney, médecin-chef adjoint en santé publique à SPO.

D’un autre côté, nous anticipons, en quelque sorte [cette augmentation] parce qu’au fur et à mesure que les choses rouvrent et que les interactions sont de plus en plus nombreuses, le virus a plus d’opportunités de se propager, a-t-il expliqué. La réalité c’est que la pandémie n’est pas terminée.

Ce discours de SPO survient alors que les principaux indicateurs de la COVID-19 dans la capitale fédérale augmentent. Le nombre de personnes infectées par un seul cas de COVID-19 a été au-dessus d’un pendant une bonne partie de la semaine. La propagation du virus est considérée sous contrôle si cet indicateur se maintient en dessous d’un.

Un travailleur de la santé remplit une seringue.

Les experts observent des taux de vaccination plus bas chez les jeunes (archives).

Photo : Associated Press / Rahmat Gul

Cependant, le Dr Moloughney soutient que la proportion de tests de dépistage positifs demeure basse, et que les indicateurs dans les eaux usées ne sont pas alarmants.

Mais SPO recommande toujours le dépistage aux personnes présentant des symptômes de la maladie. Selon le Dr Moloughney, les vaccins préviennent les maladies graves, les hospitalisations et la mort.

C’est toujours possible d’être infecté, c’est toujours possible d’avoir des symptômes et c’est toujours possible de transmettre [le virus] aux autres, a-t-il rappelé. La vaccination réduit considérablement le risque de contracter la maladie, mais ne l’élimine pas.

Comme le cercle social de plusieurs s’élargit avec des règles sanitaires moins strictes, le Dr Moloughney a souligné l’importance de la vaccination.

Les taux chez les différents groupes d’âge varient et les experts observent des chiffres plus bas chez les jeunes âgés de 18 à 29 ans.

SPO tente d’améliorer la couverture vaccinale en élargissant l’accès grâce à des initiatives comme des cliniques mobiles. La santé publique reçoit également les demandes des milieux de travail, des lieux de culte et des milieux communautaires qui souhaitent en accueillir.

Avec les informations de Ben Andrews de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !