•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fédéral fait pression sur le N.-B. pour le financement d’une clinique d’avortement

Chrystia Freeland, vice-première ministre du Canada.

La vice-première ministre du Canada, Chrystia Freeland, souligne son soutien envers les femmes dans l’accès aux services de santé reproductive.

Photo : Radio-Canada / Mikael Mayer

Radio-Canada

La vice-première ministre du Canada, Chrystia Freeland, a déclaré vendredi que des fonds fédéraux seront disponibles pour appuyer la clinique privée d’avortement 554, à Fredericton. Elle a affirmé qu’Ottawa reste fidèle à la promesse faite par le premier ministre Justin Trudeau il y a deux ans, soit qu’il veillerait à ce que le Nouveau-Brunswick finance la procédure à la clinique.

Le gouvernement fédéral est absolument convaincu que chaque Canadien et chaque Canadienne a le même droit d'avoir accès aux services pour la santé reproductive et sexuelle, incluant les services d'avortement, a déclaré Chrystia Freeland lors de la conférence de presse.

Il ne devrait pas être aussi difficile que ça l'est pour la Clinique 554 de fournir ses services essentiels à notre communauté trans, aux familles et aux femmes qui méritent d'avoir accès à des services de santé reproductive et sexuelle.

Une citation de :Chrystia Freeland, vice-première ministre du Canada

La ministre a visité la clinique aux côtés de la nouvelle députée libérale, Jenica Atwin, qui a quitté le Parti vert en juin en raison de querelles internes au sein de son ancien parti. Elle a affirmé que se joindre au gouvernement libéral lui permettrait de faire plus pour sa circonscription.

Lors d'une réunion publique avec ses électeurs mercredi soir, la députée libérale de Fredericton a déclaré qu'elle ferait bientôt des annonces autour de la santé, particulièrement excitantes.

Des fonds de formation, d’information et de transport

Des fonds de 45 millions de dollars sont prévus dans le budget fédéral pour soutenir des organismes qui offrent des services de santé reproductive et sexuelle.

Façade de la clinique 554.

Cette somme devrait aider des organisations comme la clinique 554 à sensibiliser davantage le public aux enjeux de santé sexuelle et reproductive.

Photo : / CBC / Mike Heenan

Toutefois, comme la santé est de juridiction provinciale, les fonds serviront, dit la ministre, à financer des programmes de formation, puis à apporter un soutien au niveau des déplacements et de la logistique pour des patients qui habitent loin.

Les détails du financement accordé à la clinique 554 seront annoncés dans les prochains jours, assure-t-elle.

Une bataille depuis 2019

Nous veillerons à ce que le gouvernement du Nouveau-Brunswick permette l'accès, un accès payant, aux cliniques qui offrent des services d'avortement à l'extérieur des hôpitaux, avait affirmé le premier ministre Justin Trudeau, il y a deux ans.

Il avait alors promis de dire au premier ministre Blaine Higgs qu'Ottawa utiliserait tous les outils à sa disposition, y compris ceux qui existent en vertu de la Loi canadienne sur la santé. Cette loi stipule que rien ne peut entraver, directement ou indirectement, l'accès raisonnable aux services de santé financés par l'État.

Mais jusqu'à présent, Ottawa n’a pas entrepris d' actions significatives pour veiller à cette promesse. Le gouvernement fédéral n’a fait que retenir un montant minuscule de financement, soit 140 000 $ des transferts de soins de santé au Nouveau-Brunswick.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, a quant à lui accusé la ministre Chrystia Freeland de faire de la clinique 554 un enjeu politique. Il affirme que la province est sur une base juridique solide. Selon lui, le financement des avortements, dans trois hôpitaux, est suffisant pour se conformer à la loi fédérale.

Lors d'un point de presse, le premier ministre a lu une lettre dans laquelle la régie de santé Horizon assure qu'il n’est pas nécessaire d'offrir davantage de services d'avortement dans la province.

Le gouvernement fédéral offrira possiblement des détails sur la question la semaine prochaine.

Avec des informations de Michel Corriveau

D’après un texte de Jacques Poitras, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !