•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les agriculteurs sont aux premières loges des feux de forêt

La fumée des feux Nk'Mip Creek est visible depuis le lac Osoyoos.

Le feu de Nk'Mip Creek s'étend désormais sur 6800 hectares.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lepoutre

Quelques 260 incendies de forêt sont toujours actifs en Colombie-Britannique. Dans la vallée de l’Okanagan, les agriculteurs et producteurs de fruits tentent de s’adapter aux aléas climatiques.

Ça a brûlé toute la nuit, on ne sait toujours pas où est-ce que le feu va aller, déplore Séverine Pinte, viticultrice pour les vignobles Le Vieux Pin Winery et LaStella Winery, à Oliver.

Le feu Nk'Mip Creek, qui continue de progresser, constitue une menace pour les récoltes dans la région. L'incendie, qui s’est déclenché le 19 juillet entre Osoyoos et Oliver, s’étend désormais sur 6800 hectares, selon BC Wildfire.

Les habitants et les travailleurs sont sur le qui-vive.

Tout est très stressant, on vit beaucoup d’anxiété. [...] J’ai eu très peur la nuit dernière pour la cave, le bâtiment, ainsi que ma maison, poursuit Séverine Pinte.

Dans la région, les récoltes avaient déjà souffert à cause de la vague de chaleur, témoigne Jonathan Dimeglio, cueilleur saisonnier.

Des vignes au premier plan, un paysage montagneux en arrière plan.

Séverine Pinte est vigneronne au domaine Le Vieux Pin.

Photo : Offert par Le Vieux Pin/Séverine Pinte

Les deux premières semaines de la saison des récoltes, c'était terrible, lance-t-il. Les cerises étaient brûlées, vraiment petites, des peanuts.

Les conditions de travail sont, elles aussi, difficiles sur le terrain, où la fumée est omniprésente. On ne pouvait presque pas respirer, dormir était presque impossible, explique Jonathan Dimeglio. Avec la boucane tu ne respires pas, tu ne peux pas aller vite, donc on perd du temps aussi, on en fait moins.

Pénurie d’eau

En raison de la sécheresse qui touche la région et plusieurs autres secteurs de l'intérieur et du sud de la province, les autorités appellent les habitants de la vallée de l'Okanagan et de la rivière Thompson à réduire leur consommation d'eau de 30 %.

La rivière Salmon, qui se jette dans le lac Shuswap, et les rivières Kettle, Nicola et Coldwater sont visées par un avertissement de sécheresse de niveau 4, le plus élevé.

Ces épisodes de sécheresse et de grande chaleur sont assez fréquents depuis ces dernières années, affirme Séverine Pinte. Les agriculteurs n'auront bientôt plus d'autres choix que de revoir leurs pratiques, selon elle.

Il y a beaucoup d’études qui sont faites. Il y a des variétés de vignes qui demandent moins d’eau, qui sont plus résistantes aux sécheresses. On va faire tout ça pour pallier les changements climatiques qui se manifestent, dit-elle.

On est soumis à mère Nature, on peut contrôler qu’un tout petit peu avec nos petites mains, ça pose des défis assez importants, indique-t-elle.

Renforts et nouveaux ordres d'évacuation

Dans le district de l'Okanagan-Similkameen, les autorités surveillent également de près les feux d'Inkaneep Creek et de Thomas Creek.

Le district de Thompson-Nicola compte à lui seul 11 feux d’intérêt, selon le Service des feux de forêt de la Colombie-Britannique, BC Wildfire. Le feu de Lytton Creek, qui avait ravagé le village le 30 juin dernier, continue de prendre de l'ampleur, surtout dans la portion nord du brasier.

Dans la région de Kamloops, 25 ordres d'évacuation sont en vigueur et touchent quelque 1200 habitations. Près de 4000 propriétés doivent de leur côté se tenir prêtes à évacuer, si nécessaire.

Un avion qui largue du retardateur de feu sur une falaise avec des arbres.

Un avion largue du retardateur de feu près de l'incendie de Nk'Mip le 19 juillet.

Photo : Mike Fitzpatrick

Les vents ont alimenté les brasiers dans la nuit de jeudi à vendredi, selon les autorités. Ils sont d’autant plus préoccupants, qu’ils peuvent aider un incendie à traverser les lignes de brûlage contrôlé. Face à des feux éparpillés de part et d’autre de la province, les ressources sont de plus fragmentées.

Vendredi après-midi, 113 pompiers québécois se sont envolés pour venir en aide aux équipes déployées en Colombie-Britannique. Cent pompiers du Mexique arriveront dimanche dans la province et concentreront leur travail dans la région d'Osoyoos.

Ce renfort apaise l'anxiété des pompiers et des sinistrés, souligne BC Wildfire.

La priorité au cours des prochains jours sera de protéger les Britanno-Colombiens et le personnel sur le terrain, indique Dennis Rexin, un de ses agents.

Avec des informations d'Alexandre Lepoutre et d'Amélia MachHour.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !