•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’éthique de travail et la discipline, la recette de la réussite de David Savard

David Savard devant la caméra.

David Savard a joué cinq saisons avec le Vert et Or de l'Université de Sherbrooke.

Photo : Gracieuseté Facebook David Savard

Olivier Daoust

Malgré la compétition féroce dans le champ-arrière des Roughriders de la Saskatchewan et son arrivée tardive au camp d’entraînement, le Québécois David Savard misera sur son éthique de travail et sa discipline pour décrocher un poste avec la formation saskatchewanaise.

Le produit du Vert et Or de l’Université Sherbrooke tentera par tous les moyens de montrer ses talents sur les unités spéciales lors du match intra-équipe disputé samedi après-midi au stade Mosaic.

Je n'ai pas été le plus gros, le plus vite, ni le plus fort. J’ai toujours eu du succès par ma discipline et mon éthique sportive. C'est ancré en dedans de moi. Je sais ce que je vaux sur un terrain de football.

Une citation de :David Savard, centre-arrière des Roughriders de la Saskatchewan

Arriver en retard au camp n’est pas une situation idéale pour le joueur de 26 ans. En plus de devoir apprendre le cahier de jeux, le centre-arrière n’a pas beaucoup de répétitions pour se faire valoir. Il espère que ses vidéos promotionnelles envoyées à la direction de l’équipe lui permettront de montrer sa valeur dans un camp d’entraînement sans match préparatoire.

Avec les blessures au tendon d’Achille de quatre joueurs avant même le coup d’envoi du camp d’entraînement, les entraînements des Roughriders n'ont pas un rythme aussi élevé qu'à l’habitude, tient à rappeler le centre-arrière québécois.

Ce sera la même chose pour le match intra-équipe. Sur les unités spéciales, je ne pourrai pas montrer toute ma ténacité parce qu'on veut se protéger l'un envers l'autre. Les jeux seront sifflés rapidement, prévient-il.

Prendre soin de son corps

Après 18 mois sans football, David Savard a eu des questionnements à son arrivée à Regina, mais ils se sont vite estompés lorsqu'il s'est mesuré à la rapidité et aux impacts du jeu. Le centre-arrière est satisfait de son niveau de jeu.

Au cours de la prochaine saison, les équipes de la Ligue canadienne de football disputeront 14 matchs au lieu de 18. Même s’il est déçu de ne pas connaître un calendrier normal du circuit Ambrosie, David Savard croit que cela est favorable à la récupération et à la guérison des blessures.

C'est un mal pour un bien, mais c'est à nous les joueurs de prendre soin de notre corps. C'est notre outil de travail. Si on n'en prend pas soin c'est là que les blessures arrivent en fin de partie ou en fin de saison, rappelle-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !