•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau sport olympique : l'escalade sportive

Un homme est debout devant un mur d'escalade.

L'Anneau olympique de Richmond est le meilleur centre d'entraînement pour l'escalade au Canada, selon Alannah Yip.

Photo : Camille Vernet

Simon Gohier

Cinq nouveaux sports font leur apparition dans le monde olympique à Tokyo en 2021, mais peu de sports connaissent une aussi forte croissance démographique que l’escalade sportive.

Cette tendance a d’abord été signalée dans un récent rapport de l’American Alpine Club, en association avec une douzaine d’autres organisations d’escalade sportive. Aux États-Unis seulement, 7,7 millions de pratiquants étaient dénombrés en 2014, soit 6 % de plus que l’année précédente.

Étant donné la forte croissance que connaît le sport, l’organisation nationale Climbing Escalade Canada a publié un modèle de développement de l’athlète (Nouvelle fenêtre) en 2018, dénotant au passage le besoin de plus en plus pressant de solidifier les bases de la communauté bourgeonnante.

Selon le document, CEC reconnaît que la communauté de l’escalade sportive et le système sportif en général doivent être uniformisés pour fournir à nos athlètes des conditions d’égalité leur permettant d’obtenir les meilleurs résultats, qu’il s’agisse d’événements locaux ou internationaux.

L’engouement pour l'escalade est bel et bien présent, mais peu d'athlètes sont aussi emballés que Sean McColl et Alannah Yip. Les deux grimpeurs, tous les deux originaires de la Colombie-Britannique, sont les premiers représentants du Canada sur la scène olympique.

À 33 ans, Sean est un vétéran aguerri sur le circuit international. Il a été sacré champion du monde en combiné quatre fois entre 2006 et 2016, raflant au passage cinq victoires dans les épreuves individuelles en Coupe du monde.

Sean McColl grimpe un mur d'escalade intérieur.

Sean McColl a garanti sa place pour les Jeux de Tokyo avec une 10e place aux Championnats mondiaux de 2019, au Japon.

Photo : Radio-Canada / Camille Vernet

Alannah, de six ans sa cadette, n’en est pas moins une grimpeuse qualifiée. Championne canadienne dans sa catégorie d’âge à 12 ans seulement, elle a délaissé le sport pour se consacrer entièrement à ses études en ingénierie.

Ce n’est qu’en 2015, après s’être entraînée avec l’équipe nationale suisse lors d’un voyage académique, qu’elle s’est remise sérieusement à l’escalade. Ses efforts ont rapporté, puisqu’elle a été couronnée championne aux Championnats panaméricains en 2020.

Alannah Yip en train de grimper un mur d'escalade intérieur.

Après avoir abandonné la grimpe pendant environ un an et demi pour se concentrer sur ses études universitaires, Alannah Yip a fait le constat que la vie n'était plus la même sans son sport.

Photo : Radio-Canada / Camille Vernet

Malgré les innombrables défis logistiques auxquels ils ont dû faire face en 2020, les deux athlètes ont reçu un coup de pouce non négligeable durant leurs préparations. L’inauguration de l’Anneau olympique de Richmond, en banlieue de Vancouver, leur a permis d’avoir accès au meilleur centre d’entraînement en escalade au Canada, selon Alannah.

C’est donc dans cette installation que les athlètes ont accepté de partager leurs derniers préparatifs en vue des Jeux de Tokyo.

Une femme grimpe sur un mur d'escalade.

Nouveau sport olympique: l'escalade sportive

Photo : Camille Vernet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Jeux olympiques d'été