•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Financement validé pour la rénovation du pont Chef-William-Commanda

L'ancien pont ferroviaire qui enjambe la rivière des Outaouais.

Le pont Chef-William-Commanda, qui relie Ottawa et Gatineau, deviendra un nouveau sentier pour les piétons et les cyclistes.

Photo : Radio-Canada / Hugo Bélanger

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral et la Ville d’Ottawa ont annoncé, lundi matin, un financement de 22,5 millions de dollars pour la rénovation du pont Chef-William-Commanda, qui relie Ottawa et Gatineau. Cette somme permettra de concrétiser le projet de transformation temporaire du pont en sentier pour les piétons et les cyclistes.

Le gouvernement fédéral fournira plus de 8,6 millions de dollars pour ce projet, alors que la Ville d’Ottawa investira les quelque 13,9 millions de dollars restants pour la création du sentier, en plus d'assurer l’intégrité structurelle du pont et de ses piliers.

Les travaux prévoient la construction d’un nouveau tablier en bois sur les traverses de chemin de fer existantes, créant ainsi un sentier sur la structure sud du pont – qui s’étend de la rive d’Ottawa à l’île Lemieux – ainsi que sur sa structure nord – qui s’étend de l’île Lemieux à la rive de Gatineau.

Une image dans laquelle des piétons et des cyclistes se déplacent sur un pont rénové.

Cette image, réalisée pour le compte de la Ville d'Ottawa, montre à quoi pourrait ressembler le pont Chef-William-Commanda une fois les travaux de réfection terminés.

Photo : Ville d'Ottawa

Un système de glissières de sécurité à câbles d’acier et des dispositifs d’éclairage seront également installés, et les principales composantes structurelles du pont seront remises en état afin d’assurer la sécurité et l’accessibilité pour tous les usagers, indique-t-on par voie de communiqué.

Transport actif et environnement

C'est la ministre fédérale de l'Infrastructure et des Collectivités, Catherine McKenna, qui a fait l'annonce aux côtés de chefs autochtones, de députés locaux et des maires d'Ottawa et de Gatineau.

Portrait de la femme devant un micro, sur la rive ontarienne de la rivière des Outaouais.

La ministre fédérale de l'Infrastructure et des Collectivités, Catherine McKenna, a fait l'annonce lundi.

Photo : Radio-Canada / Hugo Bélanger

Celle qui est aussi députée d'Ottawa-Centre s'est dite heureuse de pouvoir faire ce qui sera probablement la dernière annonce de sa carrière politique, puisqu'elle ne se représentera pas aux prochaines élections.

C'est important de réimaginer notre façon de nous déplacer dans nos communautés. C'est très important de le faire de façon inclusive et bonne pour l'environnement.

Une citation de :Catherine McKenna, députée d'Ottawa-Centre et ministre de l'Infrastructure et des Collectivités

Les enfants, les piétons, les cyclistes pourront y accéder. Ça permettra de faire le lien entre les communautés et j'espère que ça aidera à diminuer le nombre de voitures sur nos routes, a ajouté l'ex-ministre fédérale de l'Environnement. Au même moment, on poursuit nos efforts de réconciliation avec les peuples autochtones.

C’est bon pour les résidents d’Ottawa et de Gatineau d’avoir un autre lien entre les deux villes, a souligné de son côté le maire d'Ottawa, Jim Watson, lors de l'annonce.

Un groupe de personnes devant la rivière.

La confirmation du financement du gouvernement fédéral s'est faite lundi aux abords de la rivière des Outaouais et du pont Chef-William-Commanda. De gauche à droite : le maire de Gatineau Maxime Pedneaud-Jobin, le député Greg Fergus, la ministre Catherine McKenna, le maire Jim Watson (au lutrin), le grand chef du Conseil tribal de la nation algonquine Anishinabeg John Boudrias, le chef Dylan Whiteduck et le président du conseil d'administration de la CCN Marc Seaman.

Photo : Radio-Canada / Hugo Bélanger

C’est vraiment important pour le tourisme, qui est le troisième grand secteur de notre économie, a-t-il ajouté, aux côtés du maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.

Ce dernier en a profité pour remercier la ministre McKenna ainsi que la Ville d'Ottawa pour cet investissement. Ce genre d'annonce, c'est parmi mes préférées. Je la célèbre et ce sont eux qui paient la facture, a lancé à la blague le maire Pedneaud-Jobin.

On a une offre vraiment intéressante en transport actif, en vélo, des deux côtés de la rivière. Cette infrastructure-là, pour moi, va symboliser un peu ce qu’on est capables de faire ensemble dans un domaine qui est extrêmement important pour la santé des gens, la beauté des lieux et aussi, plus fondamentalement, l’environnement, a ajouté le maire de Gatineau.

Un pont au-dessus d'une piste cyclable.

Le pont Chef-William-Commanda, à Ottawa, au-dessus d'une piste cyclable (archives)

Photo : Radio-Canada / David Richard

Des travaux supplémentaires sont prévus pour la construction de trois nouveaux tronçons de sentiers polyvalents reliant l’approche sud du pont au sentier Trillium de la Ville d’Ottawa, les structures nord et sud du pont à l’île Lemieux et l’approche nord au sentier des Voyageurs de la Commission de la capitale nationale (CCN), à Gatineau.

De nouveaux dispositifs d’éclairage à DEL seront par ailleurs installés le long du sentier, ainsi qu’environ 12 nouveaux bancs.

Début juillet, le maire d’Ottawa, Jim Watson, expliquait avoir fait une demande au gouvernement fédéral pour pouvoir réaliser ce projet. Son souhait a donc été exaucé.

Une vocation temporaire

Cet ancien pont du Chemin de fer Canadien Pacifique (CFCP) a été construit en 1879. Il est inutilisé depuis 2005, année où la Ville d’Ottawa a décidé de le racheter.

Sa transformation en sentier pour les piétons et les cyclistes est toutefois temporaire. La Ville souhaite le conserver pour une utilisation future de transport en commun par train.

L'ancien pont Prince-de-Galles a été renommé en l'honneur du chef William Commanda après une décision du conseil municipal d’Ottawa, début juillet.

Le maire Watson avait déjà indiqué son intention de renommer le pont dans son discours sur l'état de la Ville, en janvier dernier.

William Commanda a été chef de bande de la Première Nation Kitigàn-zìbì Anishinàbeg de 1951 à 1970. C'était un aîné algonquin, un chef spirituel et un promoteur de la gérance de l’environnement. Il est décédé en 2011, à l'âge de 97 ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !