•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des mollusques et des crustacés contaminés après la vague de chaleur

Gros plan sur des huîtres.

Les fruits de mer doivent être bien cuits avant d'être mangés pour détruire les bactéries, d'après le Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La vague de chaleur historique qui a sévi dans la province il y a quelques semaines pourrait être à l’origine de plusieurs cas d’empoisonnement de personnes ayant consommé des mollusques et des crustacés ces dix derniers jours.

Le Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique (BCCDC) confirme 10 cas d'empoisonnement liés à la bactérie Vibrio. Elle est présente naturellement dans ces animaux aquatiques, mais prolifère lorsque la température de l’eau augmente.

La plupart de ces cas d’empoisonnement proviennent de mollusques et de crustacés récupérés sur les plages, explique Lorraine McIntyre, spécialiste en sécurité des aliments du centre. D’autres sont liés à des activités aquatiques, comme la nage.

La bactérie Vibrio n’est pas problématique pour les éleveurs de mollusques commerciaux. Leurs activités doivent suivre des règles sanitaires strictes, notamment sur la température de l’eau, indique Lorraine McIntyre.

Pour éviter la contamination, le Centre de contrôle des maladies recommande aux cueilleurs de coquillages de les faire bouillir pendant au moins 5 minutes.

Ils doivent également vérifier si certaines zones sont fermées au public, à cause de toxines ou de bactéries. Le ramassage devrait, de plus, être effectué seulement en marée descendante.

Les personnes contaminées par la bactérie peuvent présenter des symptômes tels que de la diarrhée, des crampes abdominales, des nausées et des vomissements. Pendant un à trois jours, elles ne se sentiront vraiment pas bien, dit la spécialiste en sécurité des aliments.

Folle multiplication de microorganismes

Pendant la vague de chaleur, des données satellites ont mesuré des températures de 20 degrés Celsius ou plus, à 10 m de profondeur dans l'océan, indique Lorraine McIntyre. C’est profond, alors il fait chaud là-dessous, ajoute-t-elle.

Ces fortes températures ont contribué à une folle multiplication des microorganismes dans les eaux de la Colombie-Britannique, ce qui pourrait expliquer l’augmentation des contaminations à la bactérie Vibrio cette année.

Des chercheurs estiment par ailleurs que plus de 1 milliard de mollusques auraient péri à cause de la vague de chaleur.

Avec des informations de William Burr

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !