•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Collision avec un orignal sur la 175 : Transcol dépose une plainte au MTQ

Un camion lourd dont le pare-choc a été lourdement abîmé.

Ce camion est entré en collision avec un orignal au kilomètre 110, dans la réserve faunique des Laurentides dans la nuit de jeudi à vendredi.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Radio-Canada

Malgré la présence de près d’une centaine de kilomètres de clôtures anticervidés dans la réserve faunique des Laurentides, les accidents avec des animaux continuent de survenir, au péril de la vie d’automobilistes et de camionneurs.

L’entreprise saguenéenne Transcol, dont l’un des fardiers a fauché un orignal dans la nuit de jeudi à vendredi, réclame la bonification des mesures de sécurité par le ministère des Transports du Québec et aimerait que plus de clôtures soient installées. La compagnie a même déposé une plainte officielle au Ministère vendredi.

Fort heureusement, le conducteur du camion n'a pas été blessé lorsqu’il a heurté l’animal de plein fouet vers 3 h, à la hauteur du kilomètre 110. Une caméra installée dans le véhicule a capté la scène, et la direction de l’entreprise a pu constater toute la force de l’impact. La partie avant du camion, bosselée, portait encore les marques du face-à-face dans la cour de l'entreprise, vendredi.

La nuit, on ne peut pas les voir. C'est noir! C’est noir! Même si on est sur les hautes, même si on a mis toutes nos lumières. La nuit, on ne les verra pas, a rappelé Marc-André Bergeron, coordonnateur à la formation et à la sécurité chez Transcol.

Un camion devant l'entrepôt de Transcol.

La compagnie Transcol demande au ministère des Transports de bonifier les mesures de sécurité pour éviter les collisions avec des cervidés dans la réserve faunique des Laurentides.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

L’endroit où la collision est survenue est bien connu de l'entreprise. En deux ans, quatre accidents du genre se sont produits et d’autres compagnies de transport demeurent sur le qui-vive.

Seulement hier [jeudi], il y a eu deux autres accidents, dont une personne qui a été blessée, malheureusement, a rapporté la directrice générale de Transcol, Caroline Girard.

La DG ajoute que les pertes matérielles sont souvent assumées par les entreprises afin de réduire le nombre de réclamations, lesquelles engendrent des hausses de primes d'assurance faramineuses. Un camion comme celui de la collision vaut autour de 200 000 $.

Outre les pertes matérielles et le métal froissé, des vies humaines sont en jeu.

Si c'est une auto qui avait frappé ça cette nuit, il y aurait eu des ambulances, a signifié Marc-André Bergeron.

En août 2015, deux personnes sont décédées après avoir percuté un original dans le même secteur. Le coroner avait recommandé l'ajout de clôtures anticervidés et de passages fauniques pour diminuer les risques de collision.

Porte-parole du MTQ, Nicolas Vigneault a confirmé que des travaux auront lieu.

Des projets distincts entre les kilomètres 214 et 222,8, pour être précis. C'est un peu plus dans le secteur de Saguenay. Plus près de Québec, entre le kilomètre 110 et le kilomètre 128, il y en aura de ce côté au cours des deux prochaines années, a-t-il indiqué.

D'après le reportage de Laurie Gobeil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !