•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un « événement météo très rare » à l’origine de la crue soudaine au lac Témiscamingue

Des morceaux de bois flottent à la surface du lac.

La montée des eaux est responsable de la présence de morceaux de bois dans le lac Témiscamingue (archives).

Photo : Gracieuseté de Nico Gervais

Annie-Claude Luneau

Un « événement météo très rare » est à l'origine de la montée soudaine du lac Témiscamingue la fin de semaine dernière, selon la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais.

Des élus du Témiscamingue se plaignaient en début de semaine d'un manque de planification et de communication de la part de la Commission après une crue des eaux inhabituelle qui a notamment mené à l'apparition de plusieurs arbres et branches dans le lac.

Selon la Commission, bien que les prévisions météo laissaient entrevoir des précipitations, il n’était pas possible de prévoir une telle quantité d’eau.

À la station météorologique d’Earlton, il est tombé 87 millimètres de pluie de 4 heures à 16 heures, soit en l’espace de seulement 12 heures. Ceci est équivalent à recevoir toute la pluie reçue normalement au mois de juillet à cet endroit en l’espace d’une demi-journée. Ce type d’événement météo est très rare. En se basant sur les données de pluies historiques de l’endroit, on estime que la probabilité de recevoir une telle quantité de pluie en 12 heures seulement est inférieure à 1 % chaque année, nous a indiqué la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais par courriel.

Une bonne partie de cette pluie est tombée sur la portion nord du lac Témiscamingue. Les pluies diluviennes sont tombées sur une partie bien restreinte du bassin versant, soit celle où les terres se drainent rapidement vers le lac Témiscamingue. Si la pluie était tombée quelque 50 kilomètres plus à l’est ou plus à l’ouest, la crue qui a suivi l’événement météo aurait été moins forte, ajoute la Commission.

Des branches d'arbre flottent à la surface de l'eau.

Du bois flottant a été emporté par le courant sur le lac Témiscamingue.

Photo : Gracieuseté de Nico Gervais

La Commission ajoute que seuls les barrages du lac Témiscamingue ont été activés. Aucune manœuvre n’a été effectuée au barrage du lac des Quinze à Angliers et sur les trois barrages au fil de l’eau d’Hydro-Québec.

Finalement, la Commission assure que son protocole de communication a été respecté, que les gouvernements provinciaux ont été avisés et que ce sont ces derniers qui doivent transmettre l’information aux municipalités.

Le risque de hausse soudaine du lac Témiscamingue a aussi été publié sur le site web de la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais et sur le réseau social Twitter.

Il est bon de se rappeler que les ouvrages de contrôle situés le long de la rivière des Outaouais ne peuvent pas totalement empêcher les impacts dus aux aléas de la nature. Selon sa pratique courante, la Commission de planification passera en revue son protocole de communications et de prévisions des conditions en rivière afin de s’assurer qu’ils demeurent pertinents dans le contexte d’un climat changeant où l’occurrence d’événements météo extrêmes pourrait être plus fréquente, conclut la Commission par courriel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !