•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le rugby gagne en popularité dans la région

Des joueurs jouent au rugby.

Rugby Saglac est une équipe civile.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Morissette

Quatre ans après la création du programme de rugby à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), l’engouement pour ce sport ne se dément pas dans la région. À preuve, un club civil a vu le jour au cours des dernières semaines et il entend participer à un important tournoi dans la région de New York, l’automne prochain.

Une équipe masculine et une équipe féminine forment ce nouveau club civil de rugby à sept. L’arrivée d’une équipe universitaire en 2017 a jeté les bases de l’implantation du club réunissant des joueurs adultes. La demande était forte de la part d’adeptes voulant s’adonner à ce sport à l’extérieur du cadre scolaire.

On bâtit sur ce que rugby UQAC a fait dans les dernières années. Ça a généré beaucoup d’intérêt dans la population sportive et non sportive de la région. Le fait de créer le club civil nous permet de ratisser un peu plus large pour attirer de nouveaux joueurs, a souligné l’entraîneur-chef de Rugby SagLac, Pierre Maltais.

Depuis l’avènement du rugby à sept aux Jeux olympiques de Rio, en 2016, le sport n’a cessé de gagner en popularité, selon l’entraîneur. La sélection canadienne féminine est d’ailleurs l’une des meilleures du monde, elle qui a notamment mis la main sur la médaille de bronze à Rio. Les yeux seront encore rivés sur les Canadiennes pour le tournoi olympique de Tokyo, qui se tiendra du 29 au 31 juillet.

C’est un sport en pleine croissance au niveau mondial, spécialement le rugby à sept qui est présent depuis les derniers Jeux olympiques d’été [...] C’est un sport rapide, qui est physique et qui a énormément de potentiel, mentionne Pierre Maltais.

Un coach expérimenté

Si le sport en est encore à ses balbutiements dans la région, l’instructeur Maltais est loin d’être un néophyte. Ce militaire de carrière a dirigé l’équipe cadette de l’Académie des forces aériennes des États-Unis au Colorado. Il amène donc tout un bagage d’expérience avec le nouveau club régional.

Le rugby demeure avant tout un sport d’équipe, et c’est ce qu’il faut regarder. Avant les résultats, il faut développer une cohésion d'équipe et développer une atmosphère intéressante sur le terrain, explique Maltais.

L’effectif de Rugby SagLac compte sur des athlètes qui proviennent de plusieurs sports.

Un logo.

Voici le logo de l'équipe.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Morissette

Moi, j'ai joué au football pendant 20 ans. Je suis venu ici dans la région pour étudier à l'UQAC pour devenir professeur d'éducation physique. C'est Manon [Bordeleau, chargée de cours et ancienne joueuse du Rouge et Or de l’Université Laval, NDLR], une prof, qui m'a parlé de l'équipe de rugby. La première année, j'étais un peu réticent, mais finalement cette année je me suis lancé dans l'aventure et je ne regrette pas mon choix, a convenu Guillaume Bédard.

J'avais peur au début, mais on y va graduellement. Justement, au rugby, on n'a pas d'équipement de protection, donc il faut vraiment accompagner la personne. Les risques de blessures sont moins grands. Tu ne peux pas arriver à grande vitesse, le plaquer et t'en aller à la course, avoue de son côté Léonie Bergeron.

Cette première saison du club civil se limitera toutefois à des entraînements, puisque les règles sanitaires empêchent la tenue d’une saison en bonne et due forme avec les autres clubs de la province. Des matchs hors-concours avec des équipes de l’Est-du-Québec en rugby à dix pourraient se tenir avec des règles strictes, en attendant la participation au tournoi de New York.

Avec les informations de Gabrielle Morissette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !