•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un gestionnaire immobilier de Windsor vole au secours des expulsés de River Place

Des tentes plantées devant un édifice.

Les locataires de la résidence River Place avaient jusqu'à minuit mardi pour quitter la propriété jugée dangereuse.

Photo : Jacob Barker/CBC

Radio-Canada

Un gestionnaire immobilier local a offert un nouveau logement à certaines des personnes expulsées de la résidence River Place mercredi qui campaient depuis à l’extérieur de l'immeuble.

Marc Hooper, gestionnaire immobilier pour Bertram Property Management, rentrait chez lui en voiture mercredi après-midi lorsqu’il a reçu un appel de sa femme. Elle lui a dit qu’il y avait des locataires expulsés sur la pelouse avant de la résidence River Place qui avaient besoin d’un logement.

Arrivé sur le lieu, il a trouvé la pelouse encore parsemée de tentes laissées par les 20 à 30 locataires expulsés. C’est ainsi qu’il a pris l’initiative d’aller à leur rencontre.

D’après ce que j’ai pu voir, il y avait un certain nombre de locataires qualifiés assis littéralement dans des tentes là-bas, alors… nous voilà en train de leur montrer des logements, a déclaré M. Hooper.

Il propose des appartements vacants d’une chambre à coucher dans deux des bâtiments qu’il supervise à 1050 $ par mois pour les couples et 800 $ pour des personnes seules.

M. Hooper espère pouvoir offrir un logement à un certain nombre de couples et à quelques célibataires.

Holly McPherson et son mari, faisant partis des expulsés qui campaient par manque de logements abordables, saluent le geste de M. Hooper.

C’est vraiment un soulagement et le geste le plus gentil et ça ne va pas aller sans une reconnaissance totale, a dit Mme McPherson.

La Ville de Windsor avait ordonné l’expulsion de tous les résidents de l’immeuble de River Place, déclaré insalubre, au 21 juillet.

Au moment de l’expulsion, plusieurs locataires ont affirmé avoir payé le loyer de juillet et n'avoir nulle part où vivre.

D'après les informations de Jacob Barker, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !