•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Services maintenus pour les clients de Maskicom pour le moment

Les bureaux de Maskicom

Les bureaux de l'OBNL Maskicom

Photo : Radio-Canada / Raphaël Poliquin

Radio-Canada

La Cour supérieure a ordonné la prise de possession des biens matériels et des données de Maskicom.

Le juge ordonne à Branchez-nous Inc. de collaborer sous peine d'accusation d'outrage au tribunal. D'ailleurs, il exige que toute entreprise ou personne ayant une entente ou contrat avec Maskicom honore ses engagements.

Le syndic Lemieux Nolet Inc. agit à titre de séquestre intérimaire pour le compte des créanciers de Maskicom. Il est chargé de maintenir les services de téléphonie et d’Internet haute vitesse en attendant qu’une entente soit prise avec les créanciers de Maskicom.

Le transfert des informations, du système et des accès s'est déroulé aux bureaux de Maskicom vendredi après-midi. L’opération a été menée sous la supervision du syndic, d'huissiers du syndic et de Branchez-nous Inc., et de la Sûreté du Québec, présente pour s’assurer que le tout se déroule bien.

Le président de Branchez-nous Inc. (BNI) Normand Richard, dont l’entreprise assurait la gestion des services informatiques, s'est rendu sur place avec des huissiers qui le représentent. Des représentants de Cooptel se sont aussi déplacés pour le transfert des biens.

Maskicom a fait appel à Cooptel pour assurer le maintien des services de ses 800 clients. Le maintien de l’accès à Internet pour les abonnés actuels et le retour du service à la clientèle sont une priorité, indique dans un communiqué le président de Maskicom Robert Lalonde, qui soutient qu’une fois le transfert terminé, le déploiement se fera beaucoup plus rapidement. Les clients actuels passeront donc aux mains de Cooptel.

BNI déplorait depuis plusieurs semaines ne pas être payé par Maskicom, qui pour sa part attendait des versements du gouvernement du Québec.

Le système informatique étant détenu par BNI, Cooptel a dit craindre vendredi que des éléments manquent au transfert, ce qui pourrait leur compliquer la tâche. La directrice générale de l’entreprise de Valcourt assure qu’elle collaborera avec Maskicom pour offrir une transparence dans l’offre des services aux clients actuels.

Vendredi matin, BNI avait lancé un ultimatum au premier ministre François Legault et son adjoint parlementaire et responsable du volet Internet haute vitesse, Gilles Bélanger, afin de trouver une solution dans les plus brefs délais. Normand Richard envisageait alors de barricader les bureaux de Maskicom et de retirer le système qui maintient le service Internet et téléphonique des 800 clients.

BNI cherche à obtenir 35 000 $ pour payer ses employés et 30 000 $ pour payer les taxes qu’elle doit payer au gouvernement. C’est la demande qu’a formulée Normand Richard au syndic responsable de trouver une entente avec les créanciers de Maskicom.

Selon les informations de Pascale Langlois

À lire aussi :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !