•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les feux de forêt dans l'Ouest canadien font exploser le prix du bois d'œuvre

Des planches de bois empilées.

Le prix du bois d'œuvre a fait un bond remarquable jeudi.

Photo : Radio-Canada / Evan Mitsui

Radio-Canada

Le prix du bois d'œuvre a fait un bond remarquable jeudi, alors que les feux de forêt qui ravagent l'Ouest canadien nuisent à l’industrie.

En fin de journée, un contrat pour 1000 pieds-planche de bois d'œuvre s'élevait à 647 dollars américains, soit plus de 60 $ par rapport à la veille lors de la clôture des marchés, ou une augmentation de 10 %.

Les prix grimpent en flèche parce que les entreprises de bois d'œuvre sont contraintes de réduire leurs activités en raison des incendies, qui entravent notamment le réseau ferroviaire dont elles dépendent.

Les chemins de fer canadiens subissent la pression des incendies de forêt en Colombie-Britannique, affirme l’analyste ferroviaire de Bloomberg Intelligence, Adam Roszkowski, dans une note à ses clients.

Les compagnies de chemin de fer Canadien National et Canadien Pacifique ont perdu l’accès à au moins un pont ferroviaire vers Vancouver depuis l’incendie qui a détruit le village de Lytton et fait deux morts parmi ses habitants.

Un pont ferroviaire enjambe le fleuve Fraser alors qu'un feu de forêt brûle à Lytton, en Colombie-Britannique.

Un pont ferroviaire enjambe le fleuve Fraser pendant qu'un feu de forêt brûle à Lytton, en Colombie-Britannique, le vendredi 2 juillet 2021.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

L’entreprise Canfor, à Vancouver, produira 115 millions de pieds-planche de produits en moins ce trimestre, ce qui représente un peu moins de 1 % de ce que l'industrie produit normalement.

Or, l'analyste de la Banque de Montréal Mark Wilde s'attend à ce que davantage d'entreprises réduisent leur production d'ici peu. Nous nous attendons à plus d'annonces de quarts de travail réduits au cours des deux à trois prochaines semaines, dit-il.

Retour du pendule

Comme cela a été le cas d’autres industries, le secteur du bois d'œuvre a ralenti au début de la pandémie, et plusieurs installations sont restées inactives. Puis, la demande de bois d'œuvre a explosé de manière inattendue, principalement en raison de l'essor de la demande pour des rénovations domiciliaires.

En mai, le prix du bois d'œuvre a atteint un sommet historique de plus de 1600 dollars américains pour 1000 pieds-planche, soit environ cinq fois ce qu'il était au début de la pandémie.

Les choses ont évolué rapidement, ces prix astronomiques provoquant une nouvelle baisse de la demande. Les gens ont décidé d’attendre, à moins d’avoir vraiment besoin de ce bois immédiatement. Donc, la demande a diminué, explique Keta Kosman, éditrice du Madison's Lumber Reporter.

De grands détaillants américains comme Home Depot ont signalé que la demande de bois d'œuvre avait diminué de près de la moitié depuis le mois de mai.

Ainsi, une pénurie a fait monter les prix en mai, ce qui a entraîné une baisse de la demande chez les consommateurs en juin. Maintenant, le pendule revient vers un autre problème d'approvisionnement perçu, précise Keta Kosman.

Avec les informations de Pete Evans

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !