•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des opiacés contaminés à Thunder Bay

Une poudre violette déborde d’un sachet d'héroïne entrouvert.

Vendue notamment sous les noms de « Purple » ou de « Purp », cette variante de l’héroïne est coupée au fentanyl et peut s’avérer mortelle.

Photo : Service policier de Timmins

Radio-Canada

La Ville et le bureau de santé publique de Thunder Bay ont publié mercredi un avertissement concernant les drogues toxiques après une augmentation inquiétante du nombre de surdoses au cours des derniers jours.

La contamination des drogues en circulation en ce moment est à blâmer pour ces morts supplémentaires, selon la coordinatrice de la stratégie antidrogue, Cynthia Olsen.

C’est le purple down qui est au coeur du problème, explique-t-elle.

Le purple down est un mélange de fentanyl et de carfentanil qui contient occasionnellement de l'héroïne et qui est très souvent coupé avec des benzodiazépines.

Ce mélange de fentanyl avec d’autres opioïdes crée une substance dangereuse et imprévisible.

C’est une situation qui préoccupe Juanita Lawson, la PDG des centres de santé communautaire NorWest.

Il faut généralement une ou deux doses de naloxone pour inverser les effets d’une surdose, remarque-t-elle. Dans les cas récents, cinq ou six doses ont dû être administrées.

Une trousse de naloxone et un désinfectant sont prêts à être utilisés par les bénévoles alors qu'ils se préparent à partir et à distribuer de l'aide aux sans-abri à Calgary, en Alberta, le mercredi 20 mai 2020, au milieu d'une pandémie mondiale de COVID-19.

L'accès aux trousses de naloxone peut prévenir les décès par surdose. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Ne consommez pas seul

Considérant la toxicité des drogues en circulation à Thunder Bay, Mme Lawson rappelle l’importance de ne pas consommer seul.

Les gens pensent savoir ce que les substances contiennent, mais il est très probable que la drogue ait été contaminée par d'autres substances.

Une citation de :Juania Lawson, la PDG des centres de santé communautaire NorWest

Elle encourage également les gens à utiliser Path 525, un site de consommation supervisée géré par NorWest, afin d’avoir accès à de l'aide et du soutien en cas de surdose.

Des programmes similaires sont disponibles dans d'autres municipalités régionales, notamment Marathon et Kenora, mentionne-t-elle.

La technologie, un outil pour éviter les morts par surdoses

Une autre option consiste à utiliser l'application mobile Lifeguard, qui a récemment été lancée et qui est disponible dans plusieurs régions du nord-ouest, y compris Thunder Bay.

L'objectif de l'application est d'aider les personnes qui consomment de la drogue à avoir une sorte de bouée de sauvetage, explique Mme Olsen. Si l'utilisateur n'arrête pas une minuterie et ne répond pas à une alarme, le téléphone contacte les services d'urgence.

En plus de ce service, l’application contient beaucoup de ressources pour les consommateurs d’opiacés et leur entourage.

D'après les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !