•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Planifiez d’avance », prévient Tourisme Côte-Nord

Des gens qui observent le fleuve.

Les hébergements connaissent un achalandage supérieur aux dernières années, selon Tourisme Côte-Nord (archives).

Photo : Essipit

Radio-Canada

Hébergements complets, circuits touristiques achalandés : la saison estivale bat son plein sur la Côte-Nord qui, malgré l’absence de touristes internationaux, connaît une popularité sans précédent.

Il est difficile pour Tourisme Côte-Nord de quantifier la popularité de la région auprès des visiteurs à ce moment-ci de la saison. L’organisme estime toutefois que tout indique une saison très intéressante pour l’industrie.

On n’a pas les chiffres officiels, mais l’achalandage est très intéressant! [...] On peut remarquer que le taux d’hébergement est vraiment supérieur aux dernières années présentement, explique Pierre-Olivier Normand, coordonnateur aux communications pour Tourisme Côte-Nord.

En entrevue au micro de Bonjour la Côte, ce dernier ajoute que les visiteurs n’hésitent pas à s’aventurer de plus en plus à l’est. La région de Sept-Îles et la Minganie sont particulièrement populaires cette année, selon M. Normand.

L'archipel de Mingan, des monolithes sous un ciel bleu et nuageux, dans l'oeil du photographe Mathieu Dupuis.

L'archipel de Mingan fait partie des attraits les plus populaires cette année, selon Tourisme Côte-Nord (archives).

Photo : Mathieu Dupuis

En raison de cet achalandage, Tourisme Côte-Nord souhaite prévenir les vacanciers qu’il faut réserver le plus tôt possible un hébergement ou une activité touristique. Il peut être ardu de trouver une place de dernière minute, selon l’organisme.

La planification, c’est le meilleur moyen d’avoir un bon séjour sur la Côte-Nord. La région est grande : de Tadoussac à Kegaska, c’est plusieurs centaines de kilomètres. Planifier va leur permettre de choisir des activités à l’avance et de ne pas se frapper le nez à un établissement plein, ajoute Pierre-Olivier Normand.

La popularité grandissante de la région serait accentuée par la pandémie de COVID-19, alors que la fermeture des frontières aurait incité les gens à redécouvrir leur province, estime M. Normand.

Un phénomène qui, espère-t-on, ne s'essoufflera pas avec l’ouverture des frontières internationales.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !