•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Demande accrue pour les archives des Oblats à la Société historique de Saint-Boniface

Un homme tenant un rosaire et un livre dans la main.

Le Centre du patrimoine contient des archives des Oblats de Marie Immaculée, mais les Oblats ont encore le contrôle sur ces archives puisqu’ils les entreposent simplement au Centre du patrimoine de Saint-Boniface, sans faire don de leur collection.

Photo : iStock

Le Centre du patrimoine de la Société historique de Saint-Boniface, au Manitoba, qui détient des archives des Oblats, a constaté une augmentation des demandes d'accès aux archives depuis la découverte de sépultures près d'anciens pensionnats pour Autochtones au pays.

À cause des restrictions sanitaires, on n’a pas eu de chercheurs qui entrent [dans nos locaux], mais on a eu beaucoup de questions par courriel. Beaucoup de survivants nous demandent si on peut trouver quelque chose sur leur ancêtre qui a été au pensionnat [pour Autochtones], indique Janet La France, directrice générale de la Société historique de Saint-Boniface.

Elle ajoute que des médias et des étudiants font aussi des requêtes pour obtenir des documents.

Depuis la découverte à Kamloops de ce qui semble être les restes d’environ 215 enfants près d’un ancien pensionnat pour Autochtones, l’archiviste et elle reçoivent quelques courriels par semaine. Auparavant, précise Mme La France, c’était plutôt une fois par mois.

Le Centre du patrimoine de la Société historique de Saint-Boniface détient 731 fonds d’archives, dont le quart sont d’ordre religieux, mentionne Mme La France.

Ils contiennent notamment des archives des Oblats de Marie Immaculée et de l’archidiocèse de Saint-Boniface dans lesquels il est possible de trouver certaines informations sur des élèves de pensionnats ou de trouver des traces de certaines sépultures. La moitié de ce contenu est en français ou en latin.

Difficile de consulter les archives des Oblats

Toutefois, des problèmes persistent en ce qui concerne la consultation de ces archives, précise Mme La France. Les Oblats ont encore le contrôle sur ces archives, puisqu’ils les entreposent simplement au Centre du patrimoine de Saint-Boniface, sans faire don de leur collection.

Une femme devant un tas de livres.

Janet La France, directrice générale de la Société historique de Saint-Boniface (archives).

Photo : Radio-Canada

Par conséquent, il existe des restrictions pour la consultation et la transmission au public de ces archives, explique Janet La France.

Les documents plus vieux que 1930 sont ouverts et publics, mais, pour les documents plus récents, ça prend une permission spéciale des Oblats [pour les consulter], ajoute-t-elle.

D’autre part, cette contrainte complique le traitement d’informations autochtones. Mais, malgré le risque de se voir retirer des archives, Mme La France s’est donné pour mission de valoriser ces informations relatives aux Premières Nations.

Son organisation lancera au cours des prochaines semainesun projet pour identifier des photographies d’Oblats prises dans des communautés autochtones.

Avec les informations de Jérémy Laniel

Bannière-image du dossier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !