•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le SCFP garde espoir d’arriver à une entente au Nouveau-Brunswick

Un formulaire d'adhésion au Syndicat canadien de la fonction publique.

Un formulaire d'adhésion au Syndicat canadien de la fonction publique

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les pourparlers devraient reprendre entre le gouvernement néo-brunswickois et le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) pour dénouer l’impasse dans les négociations afin de conclure les conventions collectives.

Des représentants du ministère des Finances devraient rencontrer des représentants syndicaux dès la semaine prochaine ou durant la première semaine du mois d’août.

Les négociations entre le gouvernement du Nouveau-Brunswick et 12 000 membres du Syndicat de la fonction publique sont dans l’impasse.

Et dès le mois de septembre, ce sont les négociations avec 22 000 membres du SCFP qui risquent de se retrouver dans l’impasse.

Le ministère des Finances a confirmé à Radio-Canada qu’une rencontre est prévue entre des représentants du ministère et le syndicat.

Aucune date n’a toutefois été annoncée, et l’invitation n’a pas encore été envoyée au syndicat, ce que déplore le président provincial de la division du Nouveau-Brunswick du SCFP, Stephen Drost.

Si les médias sont au courant avant nous, ce n’est pas la façon la plus respectueuse de négocier, avance-t-il.

Le SCFP se dit prêt

Le président du syndicat dit que le SCFP est prêt à reprendre les négociations, à n’importe quel moment. Nous gardons toujours espoir d’arriver à une entente, dit-il.

Stephen Drost précise toutefois que le syndicat ne souhaite pas tenir une rencontre pour parler de futures négociations.

Stephen Drost, président provincial de la division du Nouveau-Brunswick du Syndicat canadien de la fonction publique.

Stephen Drost, président provincial de la division du Nouveau-Brunswick du Syndicat canadien de la fonction publique

Photo : Radio-Canada

S’il y a un retour à la table, cela doit être pour négocier, tranche-t-il.

Les syndiqués se prononceront au cours des prochaines semaines sur le possible déclenchement d’une grève cet automne.

D’après le reportage de Michel Corriveau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !