•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un médecin hygiéniste met en garde ceux qui mentent à la santé publique

Une employés responsable du traçage de contacts dans son bureau.

La recherche des personnes qui ont été en contact avec des individus contaminés par la COVID-19 fait partie des outils sanitaires pour prévenir la propagation du virus.

Photo : Associated Press / Mike Moore

Radio-Canada

Le médecin hygiéniste de la région de Grey Bruce, Dr Ian Arra, s’est insurgé contre quiconque obstrue le travail de traçage des contacts des cas de COVID-19, après que plusieurs personnes eurent menti aux enquêteurs qui cherchaient à contenir une éclosion.

La rétention d'informations qui peuvent empêcher la propagation de la maladie et protéger d'autres personnes, par définition, n'est évidemment pas utile et enfreint la réglementation et la loi, a déclaré le Dr Ian Arra, médecin-hygiéniste de la région.

Nous pouvons régler ça. Pour cette minorité de personnes qui volontairement ne se conformeront pas, nous sommes prêts à les punir sévèrement pour faire un exemple.

L'avertissement appuyé du médecin à la suite de deux fêtes récentes avec un grand nombre de personnes présentes qui ont entraîné une vague de cas de variant Delta, selon les responsables de la santé.

Le Dr Arra dans un centre de vaccination contre la COVID-19.

Le Dr Ian Arra est le médecin hygiéniste du Bureau de santé de la région de Grey Bruce.

Photo : Photo soumise par le Bureau de santé de la région de Grey Bruce

Ces derniers ont signalé que le virus s'était propagé entre les participants, leurs amis et leurs familles respectives, dont la grande majorité n'était pas vaccinée.

Les amendes pour entrave aux équipes de recherche des contacts peuvent atteindre 5000 $ par jour en cas de condamnation.

Plus de contaminations que partout ailleurs dans la province

Le Bureau de santé de la région de Grey Bruce, qui dessert près de 162 000  personnes, a déclaré 22 nouveaux cas de COVID-19 jeudi, soit le plus grand nombre en Ontario. La région a l'un des plus hauts taux de contamination par 100 000 habitants de la province depuis plusieurs semaines.

L'Ontario a entamé l'étape 3 de son plan de réouverture le 16 juillet, qui permet des rassemblements sociaux en plein air et des événements publics organisés pouvant accueillir jusqu'à 100 personnes à l'extérieur et 25 personnes à l'intérieur.

Les fêtes ont eu lieu alors que la région était à l'étape 2 et dans les deux cas, les hôtes ne suivaient pas les mesures de santé publique.

Le Dr Arra a déclaré qu'avec la fin de la pandémie en vue, de nombreuses personnes souhaitent sortir et profiter à nouveau des rencontres sociales, mais il a exhorté les gens à réfréner leur enthousiasme, surtout lorsqu'ils ne sont pas vaccinés.

Je suis conscient que les gens sont isolés depuis un an, a-t-il déclaré. Nous ne disons pas non. Nous disons simplement qu'au lieu de socialiser à travers plusieurs activités et avec de nombreuses personnes, mettez-vous des limites.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !