•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Sagouine a 50 ans aujourd’hui!

Viola Léger dans le personnage de la Sagouine.

Viola Léger dans le personnage de la Sagouine.

Photo : François Laplante Delagrave

Isabelle Arseneau

L’Acadie célèbre le demi-siècle de la Sagouine. Ce personnage attachant de la pièce éponyme, l’une des œuvres les plus connues de l’importante auteure acadienne Antonine Maillet, demeure toujours bien ancré dans la mémoire collective acadienne.

Le texte de La Sagouine a pris vie pour la première fois il y a 50 ans à la radio de Radio-Canada, où Antonine Maillet le présentait aux auditeurs une fois par semaine. On pouvait alors entendre les monologues de la Sagouine, une pauvre femme de ménage du comté de Kent et fille d'un pêcheur de morue. C’est aussi en juillet 1971 que la maison d’édition québécoise Leméac publie le texte La Sagouine.

Louise Imbeault se souvient du lancement à Moncton où plusieurs dignitaires étaient présents, dont le père Clément Cormier. C’est aussi à cette occasion que la comédienne Viola Léger, déguisée en Sagouine, a fait sa première apparition, en se mêlant à la foule. Les spectateurs ne l’ont pas tout de suite reconnue et l’ont plutôt confondue avec une femme de ménage. Ce coup était planifié par Antonine Maillet et le metteur en scène Eugène Gallant. Ce n’est que lorsque Viola Léger a commencé son monologue que la foule a reconnu un des textes de La Sagouine qu’ils avaient entendu auparavant à la radio.

L'auteure Antonine Maillet sur le bord de la plage.

L'auteure Antonine Maillet

Viola Léger a présenté un monologue lors du lancement, mais la pièce de théâtre au complet devait ensuite être jouée à quatre reprises au Théâtre des Feux-Chalins de Moncton. Eugène Gallant se remémore le moment où Antonine Maillet lui a demandé de mettre en scène la pièce La Sagouine pour la première fois. Il explique qu’il avait alors en main un paquet de feuilles sur lesquelles on pouvait lire un texte qui n’avait rien d’une pièce de théâtre, puisqu’il n’y avait pas de dialogues.

Lorsqu'Eugène Gallant a commencé à travailler avec la comédienne Viola Léger, qui allait incarner le rôle de la Sagouine, il s’est vite rendu compte que non seulement celle-ci maîtrisait les textes, mais qu’elle les livrait naturellement, comme si elle dialoguait réellement avec son public et même avec différents autres personnages. C’est ainsi qu’il a conceptualisé ces monologues mis en scène pour la première fois.

Quand je me suis rendu compte de la qualité du texte, c’est ça qui m'a impressionné le plus, parce que c'est excellent. C'est un texte d'Antonine d'abord, et puis c'est le texte de la Sagouine.

Une citation de :Eugène Gallant
Eugène Gallant en entrevue.

Eugène Gallant, metteur en scène

Photo : Radio-Canada

Au début, la pièce n’a pas attiré de foules à Moncton. Le mot s’est toutefois passé et les gens étaient curieux d’entendre et de voir ce personnage, explique Louise Imbeault. Tout le monde voulait aller voir la Sagouine, ajoute-t-elle. Cinquante ans plus tard, Viola Léger a joué La Sagouine plus de 3000 fois, en anglais et en français, en Acadie, au Québec et en Europe. Une attraction touristique, le Pays de la Sagouine, fut même lancée à Bouctouche le 11 juin 1992, pour faire vivre l'œuvre d’Antonine Maillet et d’autres personnages issus du même univers.

Une écriture frappante

Lorsque le public a rencontré la Sagouine pour la première fois, certains puristes du français standard ont critiqué la plume d’Antonine Maillet. Le texte reflétait un français ancien et des expressions qui avaient été perdues au cours des années. Toutefois, lorsque la pièce La Sagouine a été jouée au Québec et qu’elle a connu un véritable succès, les Acadiens ont su apprécier et reconnaître toute la valeur de cette œuvre écrite et parlée dans une langue populaire. À travers le regard et la réception des Québécois, l'Acadie s'est mise à regarder autrement et à apprécier autrement la Sagouine. Et là, elle est devenue un archétype acadien, un personnage tellement vivant, a indiqué Marie-Linda Lord, spécialiste de l’œuvre. Louise Imbeault a quant à elle été marquée par l’humour qui se trouve dans les monologues de la Sagouine.

Lorsque l’on dit : "C'est pas d'avoir une chose qui rend une personne bénaise, c'est de savoir qu'elle va l'avoir", on peut le dire sur tous les tons, mais c'est une forme d'humour tout à fait acadienne et on était vraiment, je pense, heureux.

Une citation de :Louise Imbeault

La Sagouine n’est donc pas qu’une servante qui parle un ancien français acadien. Ses monologues sont remplis d’humour, de sagesse et de références. Selon Eugène Gallant, le texte contient des messages politiques forts et importants qui méritent d’être écoutés.

Marie-Linda Lord.

La professeure Marie-Linda Lord a étudié l'oeuvre d'Antonine Maillet.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Arseneau

La Sagouine a-t-elle toujours sa place 50 ans plus tard?

Le personnage de la Sagouine n’est plus interprété de façon régulière depuis 2017. Toutefois, l'œuvre occupe toujours une place importante au sein de la littérature acadienne. Selon Marie-Linda Lord, qui a étudié l'œuvre, Antonine Maillet a su créer un personnage authentique auquel les femmes de partout à travers le monde peuvent s’identifier.

La Sagouine est aussi une femme universelle, c'est une femme d'un milieu modeste qui lave la place des gens mieux nantis, et on sait que ces femmes existent partout dans le monde.

Une citation de :Marie-Linda Lord

Parmi les thèmes abordés par le personnage dans ses monologues, il y a le printemps, la jeunesse et la mort, des thèmes de la vie de tous les jours qui permettent au public de se reconnaître.

Selon la cinéaste Renée Blanchar, même si La Sagouine n’est plus interprétée en salle, il est important de se souvenir de cette œuvre marquante. Mme Blanchar a réalisé des enregistrements haute définition des monologues de La Sagouine, interprétés par Viola Léger quelques années avant que la comédienne ne soit forcée de se retirer de la sphère publique en raison de problèmes de santé.

C’est vraiment une œuvre forte qui contribue à nous définir [...] Ça fait certainement partie de nos grands classiques, puis je parle même au-delà de l'Acadie, je parle même de la francophonie, je parle même d'un patrimoine presque de l'humanité, parce que cette femme, finalement, ce qu'elle traverse puis ce qu'elle raconte, je pense que toutes les sociétés peuvent se retrouver là-dedans, a souligné Mme Blanchar.

Y a-t-il une place pour une nouvelle Sagouine?

Selon Eugène Gallant, il faudra attendre un public qui n’a pas connu le personnage de la Sagouine interprété par la comédienne Viola Léger avant de pouvoir la remplacer. Le metteur en scène explique que la dernière fois qu’ils ont tenté de trouver un remplacement, ça a été un fiasco épouvantable. Il croit cependant que La Sagouine ne sera pas reléguée à l’oubli et sera reprise un jour.

Renée Blanchar soutient cette idée et souhaite que la pièce soit reprise par d’autres, mais dans une mise en scène appartenant à une autre époque afin d’assurer la pérennité de l'œuvre.

En entrevue au Téléjournal Acadie, l’auteure Antonine Maillet explique qu’elle a informé Viola Léger l’an dernier qu’une Québécoise allait interpréter le rôle de la Sagouine au Québec. La comédienne s’en est réjouie, puisque cela signifiait effectivement l’immortalité du personnage.

Je suis très contente parce que moi, je vais mourir, je suis mortelle, et la Sagouine est immortelle. Ça, c'est le plus bel hommage que je peux rendre à Viola en répétant ces phrases et qu’elle m’a rendu en me le disant de cette façon-là, a conclu Antonine Maillet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !