•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alcool au volant : Moncton enregistre les pires statistiques en région urbaine

Des clés de voiture à côté d'un verre d'alcool.

Au Canada, les arrestations pour alcool au volant ont diminué de 14 % pendant la pandémie.

Photo : iStock

Radio-Canada

Des statistiques démontrent que l’alcool au volant est toujours un problème en Atlantique. Dans les régions urbaines, c’est à Moncton, au Nouveau-Brunswick, que la situation est la plus problématique.

Les propriétaires de bars de la ville sont conscients des risques associés à la conduite avec des facultés affaiblies.

Plusieurs mesures sont mises de l’avant afin d’empêcher les gens de prendre leurs véhicules quand ils sont sous l'influence de l’alcool ou de drogues.

Tous les serveurs doivent notamment suivre des formations pour mieux gérer ce genre de situation.

Ils doivent aussi s’assurer que leurs clients obtiennent le numéro d’un taxi avant de quitter l’établissement.

L'un des copropriétaires de la microbrasserie CAVOK, à Dieppe, Serge Nadeau, affirme qu’il reste difficile pour ses employés d’empêcher les gens de conduire en état d’ébriété.

Un homme verse de la bière dans un verre.

Serge Basque, copropriétaire du Cavok

Photo : Radio-Canada

On demande aussi à nos employés, lorsqu’il y a quelqu’un de trop avancé, de leur appeler un taxi pour eux, dit-il.

Mais […] on ne peut pas vraiment surveiller le stationnement et vérifier que les gens entrent bel et bien dans leurs taxis. Des fois, c’est un peu plus compliqué que ça paraît l’être.

La porte-parole de l’organisme Mères contre l’alcool au volant, Marie-Claude Morin, avance qu’il faut être prudent avec les nouvelles statistiques connues.

Des autopatrouilles de la Gendarmerie royale du Canada garées dans un stationnement.

Des autopatrouilles de la GRC dans le stationnement du poste de Moncton (capture d'écran).

Photo : Radio-Canada

Même si la ville de Moncton est sortie comme l’une des villes ayant une augmentation marquée, est ce que c’est parce qu’il y a plus de gens sur la route qui ont été arrêtés pour facultés affaiblies? Ou ça représente des efforts qui ont été consentis par les services de police [de] mettre plus d’agents-patrouilleurs, mettre plus de barrage routier [et d’] intercepter plus de gens? se demande-t-elle.

Selon Marie-Claude Morin, il faut analyser les données du service de police pour avoir une vue générale de la situation.

Pandémie et restrictions sanitaires

L’Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador font partie des provinces qui enregistrent, proportionnellement, le plus grand nombre d’arrestations pour conduite en état d’ébriété.

Ailleurs au Canada, les provinces de l’Ontario et du Manitoba s’en sortent avec de meilleures statistiques.

Le bar Keefer ferme ses portes à Vancouver le 17 mars 2020.

La progression rapide de la COVID-19 dans le pays a forcé la fermeture de plusieurs bars en 2020.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

De plus, les arrestations pour alcool au volant ont diminué de 14 % au pays pendant la pandémie.

Ce ne sont toutefois pas des chiffres qui reflètent la réalité, puisqu’ils représentent une période où des restrictions sanitaires étaient imposées.

D’après le reportage de Jérémie Tessier Vigneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !