•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attaqué et harcelé par un ours, un homme est secouru par hélicoptère en Alaska

Gros plan sur un grizzly.

L'Alaska estime qu'il y aurait 30 000 ours bruns sur son territoire.

Photo : Shutterstock / Jakub Moravec

Agence France-Presse

Attaqué, puis harcelé dans son campement par un ours, un homme a été secouru par un hélicoptère des gardes-côtes en Alaska.

Pendant leur vol entre Kotzebue et Nome, deux bourgades du centre-ouest de l'Alaska, l'équipage a observé un signe SOS au-dessus d'un cabanon dans un camp de mineurs vendredi, ont affirmé les gardes-côtes américains, avant qu'un homme ne leur fasse signe au sol.

L'équipage s'est alors posé et est entré en contact avec l'homme qui nécessitait des soins médicaux après avoir été attaqué par un ours quelques jours plus tôt, ont-ils précisé. L'homme en question, blessé à la jambe et au torse, a été ramené en hélicoptère jusqu'à Nome pour recevoir des soins.

Selon ce dernier, l'ours qui l'a attaqué est revenu au camp et l'a harcelé chaque nuit pendant une semaine entière.

Ses amis avaient signalé son absence après avoir constaté qu'il manquait à l'appel et n'était pas revenu à Nome le jour prévu.

L'Alaska, un État américain traversé par le cercle arctique, abrite des ours noirs, polaires et bruns, parmi lesquels l'ours Kodiak, considéré comme l'un des plus grands du monde.

Il n'est pas rare que les habitants ou les visiteurs voient des ours, généralement à bonne distance, selon le site du département de la pêche et de la chasse de l'Alaska.

Mais même si on n'en aperçoit pas, on ne sera jamais loin de l'un d'entre eux : l'Alaska est le pays des ours, disent les autorités locales.

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !