•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

40 nouvelles bornes de recharge électriques à Trois-Rivières

Une voiture électrique est rechargée.

Archives

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Plus d’un million de dollars sera investi à Trois-Rivières pour l’installation d’une quarantaine de bornes de recharge pour les véhicules électriques. Elles devraient être accessibles au public d’ici l’hiver 2022.

Le nombre de bornes passera donc de 49 à 89 sur le territoire trifluvien. Le maire Jean Lamarche croit que cela offrira aux voyageurs des occasions additionnelles de découvrir Trois-Rivières. 

La moitié de ces bornes seront installées sur le terrain de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), ce qui portera à 26 le nombre de bornes de recharge électrique sur le campus.

Le recteur de l’Université, Christian Blanchette, affirme que ces ajouts permettront de faire un nouveau pas dans la direction de la carboneutralité de notre campus de Trois-Rivières. L’institution finance une grande partie de ce projet qui coûte environ 550 000 $.

Roulez électrique sera responsable d’installer les 20 autres bornes, au coût de 567 000 $. Quinze d’entre elles se retrouveront sur le site de Roulez électrique, sur la rue des Volontaires au centre-ville, et cinq autres seront réparties ailleurs dans la ville.

Le fondateur de Roulez électrique, Sylvain Juteau, va ainsi tripler son offre. Il souhaite en installer encore davantage, puisque la demande explose, notamment depuis le début du déconfinement. De plus, il s’attend à ce que de nombreux Québécois optent pour un véhicule électrique dans les prochaines années.

Ottawa a annoncé jeudi qu’il accorde une subvention de 435 000 $ pour l’installation de ces nouvelles bornes, dont  245  000 $ iront à Roulez électrique et 190 000 $ à l’UQTR. Le gouvernement du Québec ainsi qu’Innovation et développement économique (IDE) Trois-Rivières participent également au financement de ce projet.

 Ce que j’aime de l'annonce d’aujourd’hui, c’est qu’on prend de l’avance. On se positionne, parce qu’on sait que, pour que les gens adoptent des véhicules électriques, il faut être capable de se brancher au travail, à la maison et, si on vient visiter la région, de se brancher comme visiteur. Alors, selon moi, ça répond à un besoin, a déclaré le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie et député de Saint-Maurice-Champlain, François-Philippe Champagne, de passage à Trois-Rivières.

 Ces investissements aideront le Canada à atteindre son nouvel objectif obligatoire : faire en sorte qu’à partir de 2035, tous les véhicules légers vendus soient des véhicules zéro émission, indique le gouvernement fédéral par voie de communiqué.

Au Canada, le Programme d'infrastructures pour les véhicules à émission zéro de 280 millions de dollars sur 5 ans permettra d'ajouter 33 500 bornes publiques au pays, donc de quadrupler le nombre de bornes déjà existantes, qui passera d'un peu plus de 11 000 à près de 45 000 d'ici 2024.

Le ministre Champagne ajoute que ces mesures sont une façon de répondre à la crise climatique. On voit ce qui se passe avec les feux de forêt en Ontario et en Colombie-Britannique, l’urgence d’agir est bien établie, les moyens sont clairs, affirme le député libéral qui estime que de mettre des bornes à la disposition des citoyens est une façon d’agir dans ce dossier.

Avec les informations d’Amélie Desmarais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !