•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des restaurants affichent complet pour plusieurs semaines

L'affiche d'un restaurant avec un feu d'artifice dans le ciel du soir.

Un exemple parmi d'autres : aucune table n'est disponible pour un groupe de quatre personnes avant la fin août au restaurant madelinot Quai Nº360.

Photo : Avec l'autorisation de François Gaulin

Radio-Canada

La pandémie de COVID-19 et l'engouement grandissant des touristes pour la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine en ont poussé à planifier leurs vacances très tôt cette année. Certains restaurants particulièrement prisés affichent complet pour les deux, trois, voire les cinq semaines à venir.

Je suis désolé, ce soir, on est complet est une phrase qu'on entend des dizaines de fois par jour dans le restaurant Attablé de Chandler.

Si on n’a pas d’annulation, présentement on est rendu au 3 août dans les réservations, c’est deux semaines d’avance, indique le chef propriétaire, Christopher Dea, en précisant que des visiteurs ont réservé leur table dès le mois de février en vue de la période estivale.

L'attente pour obtenir une table est encore plus longue dans certaines salles à manger des Îles-de-la-Madeleine.

Au restaurant Quai Nº360 de Cap-aux-Meules, impossible de trouver une place pour une famille dans le prochain mois.

Pour une table de quatre personnes, ça va vers la fin août où j’ai quelques tables de disponibles. On doit refuser au moins une centaine de personnes par jour.

Une citation de :François Gaulin, propriétaire du restaurant Quai Nº360

Pour les tables pour deux personnes, on parle peut-être de deux semaines d’attente, précise M. Gaulin.

Des clients attablés dans la salle à manger du Quai 360.

Le Quai Nº360 peut accueillir entre 70 et 80 personnes par soir.

Photo : Avec l'autorisation de François Gaulin

Le restaurateur voit la situation comme un heureux problème.

L'expression contient tout de même le mot "problème", note François Gaulin. C’est dommage de dire non à des gens, de dire non à ma clientèle locale qui est ici le reste de l’année pour nous encourager, parce que les places sont réservées pour le mois à venir, poursuit-il en ajoutant que plusieurs visiteurs sont frustrés de la situation.

Souper tôt… ou tard, et être patient

Dans la plupart des restaurants, il demeure tout de même possible de réserver quelques jours, voire quelques heures à l'avance, mais encore faut-il avoir un horaire flexible.

En ce moment, il y a encore la possibilité d’appeler le jour même pour avoir une place, mais les heures sont souvent vers le début du service, vers 17 h, ou la fin du service à 20 h, explique le propriétaire du restaurant Tosca, Julien Sorsi, en mentionnant que la plupart des gens souhaitent souper vers 18 h.

Julien Sorsi est photographié devant le bar de son restaurant.

Constatant la popularité croissante de la Gaspésie comme destination touristique, le propriétaire du restaurant Tosca, Julien Sorsi, a augmenté ses heures d'ouverture au cours des dernières années pour accueillir davantage de clients.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

D’autres restaurants n'acceptent tout simplement pas les réservations.

C’est le cas de la microbrasserie Le Naufrageur de Carleton-sur-Mer qui préfère favoriser un accès équitable à tous les clients. La formule du premier arrivé, premier servi est parfaite pour les visiteurs qui souhaitent garder une touche de spontanéité, mais la patience est de mise avant de s’asseoir à table.

Depuis deux ou trois semaines, le soir, les files d’attente sont de 20-25 minutes d’attente pour pouvoir manger à l’intérieur, explique la responsable des communications de l’endroit, Camille Ouellon.

On a quelques commentaires parfois, du genre "C’est long aller manger au Naufrageur!", mais on veut vraiment prioriser le plus de monde possible, poursuit-elle. C’est pourquoi on a engagé beaucoup de monde aussi pour assurer un bon roulement des tables.

Des gens de dos attendent devant un restaurant.

Les restaurants sans réservation permettent un accès plus large, mais exigent la patience des clients qui doivent attendre avant d'obtenir une table.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

L'achalandage dans les restaurants gaspésiens surprend certains touristes.

Il y a des heures d’achalandage vraiment intense où on s’est aperçu qu'on n'est pas capable de manger à ce moment-là, explique Olivier Alarie, un touriste de Mirabel qui ne s’attendait pas à vivre ce type de situation.

On est arrivés à l’ouverture pour être certains d’avoir de la place, parce qu'avec des enfants c’est toujours un peu plus compliqué, lance Jean-François Claude, un père de famille de Longueuil.

À ses côtés, une famille tente de réserver une table dans un restaurant de fruits de mer pour le lendemain. Il n’y a plus de place, à part pour deux personnes; pour une famille de quatre, ce n’est plus disponible, se désole le père.

Un phénomène pandémique ou structurel?

La distanciation physique toujours maintenue à deux mètres à l'intérieur des salles à manger contribue à limiter la capacité d'accueil, mais, selon plusieurs restaurateurs, la fin de la pandémie ne sera pas synonyme d'un accès plus facile aux restaurants dans les étés à venir.

Selon eux, la rareté des travailleurs continuera, de façon importante, à réduire les heures d’ouverture des restaurants, de même que la quantité de clients à recevoir simultanément.

Christopher Dea est photographié dans la salle à manger de son restaurant.

Le chef propriétaire du restaurant Attablé de Chandler, Christopher Dea, ne peut accueillir qu'une cinquantaine de clients par soir.

Photo : Radio-Canada / Luc Manuel Soares

Avec tous les problèmes de main-d’œuvre, les restaurants sont de plus en plus petits avec des capacités moins grandes, observe le chef propriétaire du restaurant Attablé. Étant lui-même seul chef en cuisine, Christopher Dea n’ouvre son restaurant que cinq jours par semaine et ne peut servir qu'une cinquantaine de clients par soir.

Je pense que les gens vont devoir commencer à penser à réserver les restaurants presque en même temps que les hôtels et les campings.

Une citation de :Christopher Dea, chef propriétaire du restaurant Attablé

On est limité par le nombre de places, mais surtout dans le personnel, note-t-il avec une certaine résignation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !