•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Annamie Paul minimise la fronde menée contre elle par le Parti vert du Canada

Annamie Paul devant les micros des journalistes.

Annamie Paul a inauguré jeudi le bureau de campagne du Parti vert du Canada à Toronto.

Photo :  CBC News

La cheffe du Parti vert du Canada (PVC), qui a inauguré jeudi son siège de campagne à Toronto, souhaite « aller de l'avant » dans la préparation des élections, alors que le Parti lui-même conteste sa légitimité devant les tribunaux.

Prise dans la tourmente après l'annonce mercredi que le PVC s'est tourné vers la justice pour tenter de valider les votes de défiance internes dirigés contre elle, Annamie Paul a déclaré devant les journalistes qu'il n'y avait pas de querelles internes.

Je ne me dispute avec personne. Je ne cherche pas [à le faire]. Il n'y a pas de querelles internes. C'est vraiment une attaque unilatérale.

Une citation de :Annamie Paul, cheffe du Parti vert du Canada

Je vais porter mon attention là où il le faut, a continué l'avocate de 48 ans devant le nouveau bureau de campagne du Parti à Toronto, en faisant référence au prochain scrutin, qui pourrait se dérouler au cours des prochains mois.

Dans le même temps, un processus de défiance envers elle a été porté par l'organe décisionnel du Parti, le conseil fédéral, après que des désaccords eurent surgi parmi plusieurs élus sur le conflit israélo-palestinien.

Or, selon Annamie Paul, cette tentative d'éviction est menée par un petit groupe de conseillers, dont le mandat se terminera le mois prochain.

Je suis très heureuse de travailler avec notre prochain groupe de conseillers et je ne serai plus distraite dans le travail que j'ai à accomplir.

Une citation de :Annamie Paul

Bien qu'un arbitre ait invalidé la contestation, les avocats du PVC ont insisté en déposant un recours plus tôt cette semaine devant la Cour supérieure de l'Ontario, qui devra trancher sur la suite à donner à la procédure.

S'exprimant jeudi, Mme Paul n'a pas indiqué si elle avait l'intention de déposer une réponse devant le tribunal à cette menace de destitution.

Je ne cherche pas à plaider ou à discuter de quoi que ce soit de cette nature dans ces forums, a-t-elle déclaré. Je ne pense pas que ce soit approprié. Cette nouvelle est très nouvelle et je vais réfléchir à ce qui est le mieux.

Je demande simplement aux gens de s'armer de patience pendant la transition, a-t-elle ajouté en exprimant vouloir recentrer l'attention sur les priorités du Parti telles que le changement climatique, le logement abordable et les politiques en matière de drogue.

Annamie Paul a également exprimé son optimisme quant à ses perspectives électorales dans la circonscription de Toronto-Centre malgré deux défaites au cours des deux dernières années et la récente révocation par le Parti des fonds qui avaient été réservés à sa campagne.

La division du Parti en question

La tournure judiciaire qu'a prise la dissension interne au Parti vert est quelque chose d'inédit dans l'histoire récente, selon la politologue Geneviève Tellier.

C’est un problème qui s’en va sur la place publique, alors clairement le leadership de Mme Paul est grandement affecté. Ce qui est dommage, c’est que les électeurs, au lieu de penser aux propositions électorales du Parti vert, vont davantage penser à la capacité de Mme Paul de mener à bien ce parti-là.

Une citation de :Geneviève Tellier, professeure en études politiques de l'Université d'Ottawa

Selon elle, le fait qu'Annamie Paul ait été élue d'une courte tête tout en étant nouvelle dans la formation politique a pu scinder le Parti en deux groupes.

Mme Paul arrive avec de nouvelles idées et ça peut sans doute pas faire l’affaire d’autres personnes qui sont au Parti depuis très longtemps, la vieille garde, qui voit ses façons de faire bousculées, a poursuivi Mme Tellier.

La manière d'imposer ces nouvelles idées et de convaincre peut poser question, a-t-elle analysé.

Avec des informations de Natasha MacDonald-Dupuis et Michel Bolduc.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !