•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Appel lancé aux Manitobains pour la survie du fromage trappiste

Deux mains retirent une meule de fromage blanc d'une étagère en bois.

L'entreprise Loaf et Honey demande le soutien de la population pour sauver le fromage trappiste.

Photo : Radio-Canada / Thomas Asselin

Radio-Canada

Un couple de cuisiniers de Winnipeg qui s’est donné pour mission de sauver la tradition du fromage trappiste au Manitoba lance un appel pour assurer la survie de cet art fromager.

Dans un message sur Facebook, Dustin Peltier et Rachel Isaak supplient la population d’acheter leur fromage. Nous ne demandons pas la charité (croyez-moi, le simple fait de demander cela m’épuise!), nous avons besoin que vous achetiez simplement notre fromage écrivent-ils sur la page de leur entreprise, Loaf and Honey.

Les dernières années ont été éprouvantes pour ces deux entrepreneurs qui ont repris la production du fromage fabriqué par les moines trappistes du Manitoba depuis 1918. Ces derniers ont passé le flambeau en 2016, alors qu’ils manquaient de relève pour continuer la production selon la méthode ancestrale.

La pandémie a été un coup dur pour l’entreprise, qui a perdu plusieurs occasions d’affaires et a vu ses ventes de fromage trappiste chuter.

Les restaurants sont fermés. Quand la chaîne d’approvisionnement qui répond à cette demande disparaît, ça nous fait vraiment mal. On était aussi en train de bâtir une clientèle avec les marchés, mais on ne pouvait pas faire goûter nos produits, a expliqué Dustin Peltier au micro de l’émission matinale de CBC, Information Radio.

Depuis le début de la pandémie, la production fromagère a été arrêtée à trois reprises, a-t-il précisé, et elle a repris seulement depuis un mois. De plus, l’entreprise vend maintenant 2 meules de fromage par semaine au lieu de 30 avant la pandémie.

Une femme avec un bandeau coloré et une veste blanche de travail se tient à la gauche d'un homme portant une casquette noire et une veste blanche de travail.

Rachel Isaak et Justin Peltier (archives)

Photo : Radio-Canada / Thomas Asselin

M. Peltier savait que, pour les jeunes entrepreneurs qu'ils sont, les défis allaient être nombreux. Avant la pandémie, l’entreprise avait commencé à trouver son erre d’aller et elle avait plein de projets en cours.

Dans sa publication Facebook, Loaf et Honey explique que le prix du fromage trappiste est plus élevé que celui qui était offert par les moines parce que la réalité économique fait que les entreprises ne peuvent pas proposer des prix comme ceux fixés par les moines. Ces chiffres ne sont pas possibles, écrivent les propriétaires de la société.

Ils rappellent que leur produit n’est plus fait de lait cru, en raison de la réglementation provinciale stricte et d’une inspection du ministère de l’Agriculture du Manitoba, qui invoquait, en 2019, la dangerosité des bactéries produites par ce fromage non pasteurisé. Dustin Peltier affirme que l’entreprise a perdu beaucoup d’argent dans cette histoire.

Loaf and Honey veut d’ailleurs encourager les Manitobains à s’informer de la disponibilité du produit au restaurant et à l’épicerie : Pour démonter aux entreprises locales que vous voulez notre fromage!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !