•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les organismes franco-ontariens survivent à la pandémie, selon un sondage de l’AFO

Le drapeau franco-ontarien.

Les organismes sans but lucratif (OSBL) franco-ontariens ont généralement résisté à la pandémie (archives).

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel

Radio-Canada

Malgré des défis de taille liés à la pandémie, les organismes sans but lucratif (OSBL) franco-ontariens ont généralement pu s’accrocher et résister à la crise.

C’est ce que révèle un sondage mené ce printemps par l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) et l'Ontario NonProfit Network, portant sur les expériences des organismes pendant la crise de la COVID-19.

Les conclusions de l’étude indiquent notamment que 60 % des OSBL francophones de l’Ontario n’ont pas été financièrement touchés par les effets de la pandémie.

Carol Jolin s'adresse aux médias derrière un micro.

Le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario, Carol Jolin (archives)

Photo : Radio-Canada

C’est grâce au financement qu’on a pu aller chercher pour pouvoir justement donner un coup de main aux organismes, a expliqué Carol Jolin, président de l'AFO au micro de l’émission Les matins d’ici jeudi.

À ce jour, le gouvernement Ford a investi 4 millions $ en fonds d’aide, tandis que le gouvernement Trudeau a versé une somme de 1,5 million $. Des sommes qui ont permis d'assurer la survie des organismes pendant la pandémie.

Le sondage indique toutefois qu’il y a de 10 % à 20 % des organismes qui sont dans une situation dangereuse pour les six prochains mois. Ce qui n’a rien de surprenant, d'après M. Jolin.

La pandémie s’est étirée [...] ce qui fait que ces organismes n’ont pas eu la possibilité d’organiser plusieurs activités pour prélever des fonds. Ils n’ont pas pu continuer à travailler en ce sens, a noté M. Jolin en entrevue.

Carol Jolin a toutefois précisé qu’au moment du sondage, l’AFO avait encore 2 millions $ à distribuer à des organismes sans but lucratif. Un million a depuis été versé et une enveloppe d’un million reste à être partagée.

Hausse de la demande

En plus de devoir composer avec une pandémie qui limitait les revenus et la capacité d'offrir certains services, le récent sondage a mis en lumière le fait que près de deux OBNL sur trois ont signalé une augmentation de la demande de services et de programmes.

Les organismes, du même coup, ont perdu de nombreux bénévoles, souvent des personnes âgées, les plus vulnérables durant la pandémie, ce qui a engendré une grande pression sur les OSBL franco-ontariens, constate le président de l'AFO.

Néanmoins, Carol Jolin voit l’avenir d’un bon œil.

L’impact a été assez exceptionnel, du fait que les organismes ont perdu énormément de bénévoles, et ces bénévoles commencent à revenir avec la vaccination qui avance. Mais nous ne sommes pas au point où on était avant la pandémie, a-t-il dit. Mais ce que notre sondage nous révèle, c’est que les gens sont optimistes face à l’avenir et ils voient qu’il y a une lumière au bout du tunnel.

En août 2020, un autre sondage mené par l’AFO révélait que 20 % des organismes sans but lucratif franco-ontariens étaient dans une situation critique. Quelques mois plus tard, en octobre 2020, l’AFO sonnait l’alarme et indiquait que la survie de 30 à 40 OSBL franco-ontariens était en péril. Elle estimait alors à 12, 5 millions $ les besoins d’aide immédiate.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !