•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pénurie de puces électroniques met les concessionnaires automobiles sous pression

Les stocks ont fondu comme neige au soleil au cours des derniers mois et la négociation devient plus difficile pour les acheteurs autant de véhicules neufs que d'occasion.

Des voitures de différentes couleurs alignées.

Des rabais moins alléchants et un stock en forte baisse : la pénurie de puces électronique vient avec son lot de conséquences chez les concessionnaires automobiles.

Photo : Getty Images / welcomia

La pénurie de puces électroniques, qui a déjà forcé une réduction de la production dans certaines usines de constructeurs au printemps, resserre le marché automobile, et ce, autant pour les acheteurs de véhicules neufs que d'occasion.

Le PDG de Stellantis, Carlos Tavares, soutient que cette pénurie pourrait facilement s’étendre jusqu’en 2022. Je ne vois pas assez de signes indiquant que la production supplémentaire en provenance des sources d'approvisionnement en Asie atteindra l'Occident dans un avenir proche, a déclaré M. Tavares.

Cette pénurie de puces a contraint la plupart des constructeurs automobiles à arrêter la production de façon périodique, ce qui a occasionné une baisse de l’offre de véhicules neufs sur le marché.

Cette baisse survient au moment où la demande de voitures rebondit nettement avec la reprise économique mondiale à la suite de la crise du coronavirus, faisant grimper les prix des véhicules neufs, mais aussi d'occasion.

Le coût moyen d'un véhicule neuf aux États-Unis a atteint un record de plus de 42 000 $ US en juin, selon Kelley Blue Book.

La diminution de l'offre de véhicules neufs vient avec son lot de conséquences chez les concessionnaires interrogés par Radio-Canada.

Selon Michel Baillargeon, directeur général de Longue Pointe Chrysler à Montréal, le prix de détail suggéré du fabricant reste le même, mais les manufacturiers offrent moins de rabais que d'habitude. Si le véhicule est 60 000 $, il est 60 000 $, résume-t-il.

En temps normal, le stock de Longue Pointe Chrysler varie de 250 à 300 véhicules. En ce moment, il se situe entre 25 et 40 véhicules, ce qui demande plus de flexibilité des clients par rapport à la couleur, aux options, et au prix.

Ces temps-ci, c’est plus difficile pour le client de négocier vu l’inventaire, explique M. Baillargeon en entrevue téléphonique avec Radio-Canada. Nous sommes plus fermes sur nos prix. Tous les concessionnaires sont plus fermes.

Un concessionnaire reprend un véhicule pour un prix plus élevé qu'il l'a vendu l'an dernier

On n'a juste pas d’auto, je n’ai jamais vécu ça de ma vie. En 22 ans de carrière, c’est du jamais-vu, ce n’est pas quelque chose qui devrait arriver, s’exclame le directeur général des ventes chez Chicoutimi Chrysler Dodge Jeep, Moe Dana.

Le stock du concessionnaire est passé de plus de 400 véhicules à moins de 50. Conséquence : les délais de vente s’étirent pour les clients. D’habitude, c’est un maximum de 12 semaines avant qu’un véhicule soit livré, là on ne sait juste pas quand il sera produit, déplore en entrevue téléphonique M. Dana.

Chicoutimi Chrysler Dodge Jeep vend également des véhicules d'occasion. Leur prix a augmenté de manière importante, selon le directeur général des ventes. Une hausse qu’il évalue à environ 20 % depuis l’an dernier.

J'ai repris un véhicule cette année plus cher que je l’ai vendu l’année passée, confie M. Dana. Il doit cependant jouer de prudence puisqu’il s’attend à ce que les prix retombent à mesure que la situation se stabilise. En attendant, je ne sais même plus quoi faire, laisse-t-il tomber.

Des constructeurs automobiles à la recherche de solutions

Des employés sur une chaîne de montage.

Des employés travaillent sur la chaîne de montage de l'usine Fiat Chrysler de Brampton, en Ontario.

Photo : La Presse canadienne / Darren Calabrese

Le PDG de Stellantis Carlos Tavares a déclaré à l'Automotive Press Association de Détroit mercredi que la pénurie va obliger son entreprise à fabriquer elle-même certaines pièces cruciales plutôt que de s'en remettre à ses fournisseurs.

Il a annoncé que Stellantis est dans le processus de signature d'un accord pour obtenir son propre approvisionnement en lithium afin de fabriquer des batteries de véhicules électriques.

Stellantis, formé par une fusion de Fiat Chrysler et PSA Peugeot de France, travaille à obtenir des puces de plusieurs fournisseurs et redessine même les véhicules pour utiliser des puces plus largement disponibles, explique-t-il.

La plupart des constructeurs automobiles, dont Stellantis, ont réservé les puces pour des modèles à forte marge et à forte demande tels que les camionnettes et les gros VUS.

Avec des informations de l’Associated Press et de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !