•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les personnes évacuées en raison des feux de forêt attendent dans l'angoisse

Une dizaine de personnes sont dehors sur le terrain d’un hôtel de Winnipeg.

Plus de 1300 personnes ont été évacuées et hébergées à l’hôtel à Winnipeg et à Brandon après avoir fui les feux de forêt.

Photo : Radio-Canada / Walther Bernal

Radio-Canada

Au Manitoba, plus de 1300 personnes de plusieurs Premières Nations sont maintenant à l’hôtel à Winnipeg et à Brandon après avoir fui les feux de forêt, sans savoir quand elles pourront rentrer chez elles. Cette situation est éprouvante pour plusieurs d’entre elles.

Des feux de forêt non contenus et la fumée qui s'en dégage continuent de menacer des communautés situées à l’est du lac Winnipeg. Les Premières Nations de Berens River, de Bloodvein, de Little Grand Rapids et de Pauingassi, évacuent leurs habitants depuis le début de la semaine.

Une carte montrant l’emplacement des Premières Nations du Manitoba évacuées en raison des incendies de forêt.

Plus de 1300 personnes ont été évacuées en raison de la propagation rapide des incendies de forêt.

Photo : Radio-Canada

Roy Moskotaywenene, de la Première Nation de Bloodvein, raconte qu’il pouvait voir des flammes des deux côtés de la route alors qu’il était en train de quitter sa communauté en autocar.

Une centaine de personnes supplémentaires devaient quitter la Première Nation de Little Grand Rapids mercredi, dont la femme de Clifton Keeper, qui est arrivé à Winnipeg lundi.

Certaines personnes de la communauté ne voulaient pas partir, mais la fumée était si importante qu’il n’était pas prudent pour elles de rester, relate M. Keeper. C’est la deuxième fois en trois ans que la communauté doit être évacuée en raison des incendies de forêt.

On ne pouvait même pas voir à 100 mètres devant soi. La situation était mauvaise à ce point, ajoute-t-il.

Plusieurs résidents ont aussi stocké du gibier dans leurs congélateurs. Or une ligne électrique d’Hydro-Manitoba a été endommagée, ce qui prive sept communautés de l'est du Manitoba de courant et fait craindre aux évacués qu'ils aient perdu leurs provisions.

Clifton Keeper photographié dans un stationnement. Il porte une casquette, des lunettes, un masque sanitaire et une chemise bleue à carreaux.

Clifton Keeper, de la Première Nation de Little Grand Rapids.

Photo : Radio-Canada / Walther Berna

Aurillia Moar a quitté Little Grand Rapids au début de la semaine. Elle s’occupe maintenant de ses trois petites-filles, tout en vivant dans un hôtel. En partant, elle a laissé derrière elle son chat. Elle craint aussi que sa maison ne soit détruite par des ours.

Elle ajoute qu'elle n'est pas habituée à la vie en ville et s'inquiète pour la sécurité de ses petits-enfants pendant son séjour.

Je suis à fleur de peau en ce moment. Tout le monde est anxieux et veut simplement retourner à la maison, lance Mme Moar.

M. Keeper indique toutefois que la communauté est unie et essaie de se soutenir et de s’entraider autant que possible dans cette épreuve.

Occuper les enfants

Pour aider les enfants pendant leur séjour à Winnipeg, certains organismes communautaires organisent des activités.

Le Winnipeg Aboriginal Sport Achievement Centre, qui offre des activités récréatives et sportives, amène les enfants en autocar vers leurs installations.

Le centre Ma Mawi Wi Chi Itata a mis en place des programmes de divertissement à l’intérieur des hôtels et offre des sorties aux enfants.

L’un de nos buts, c’est d’essayer de faire en sorte que cela ressemble à des vacances pour les enfants plutôt qu’à une évacuation, car ils traversent une période très difficile depuis plus d’un an [avec la pandémie, notamment] , explique Todd Laforte, du Winnipeg Aboriginal Sport Achievement Centre.

En date de mercredi, on comptait 138 feux de forêt actifs au Manitoba.

Avec les informations de Sarah Petz

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !