•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau balado sur la santé mentale des athlètes amateurs et professionnels

Un joueur de basket porte un ballon dans sa main gauche, une gymnaste et un joueur de soccer regardent le sol et un athlète porte un ballon de volley sous le bras. Ils semblent tous avoir la mine basse.

Les mesures sanitaires pèsent lourd sur la santé mentale des athlètes-étudiants du pays qui sont limités dans la pratique de leur sport (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Deux universitaires ont créé la série de balados sur la santé mentale des athlètes amateurs et professionnels.

Match contre la COVID, santé mentale sur la ligne est disponible pour écoute sur toutes les plateformes de diffusion depuis quelques jours. 

L'idée de ces capsules est celle de Véronique Gauthier, étudiante au doctorat en psychologie à Trois-Rivières, et Sophie Labossière, étudiante au doctorat en psychoéducation de l'Université de Sherbrooke.

Ça peut s’adresser à tous les acteurs du milieu sportif et à tous ceux qui ont un intérêt pour le sport, indique Mme Labossière.

Elles ont fait appel au journaliste sportif, Marc Durand, pour animer les épisodes.

C’est vraiment des discussions. Chacune des discussions est auprès d’une dyade différente, mentionne Sophie Labossière.

Des athlètes élites, professionnels et amateurs participent à ces conservations. L’olympien Antoine Valois-Fortier, la joueuse de volleyball professionnelle Marie-Alex Bélanger ainsi que Kevin Raphaël et Chloé Rochette vont parler de leur situation comme sportifs amateurs et entraîneurs.

Plusieurs athlètes se sont retrouvés devant un calendrier vide au cours des derniers mois, alors que la pratique des sports organisés a été mise sur pause en raison de la pandémie.

Ça a amené beaucoup d'inquiétude ou d'incertitude. La pandémie a affecté la motivation des athlètes. Leur entraînement est normalement prévu au quart de tour pour performer au bon moment. Pendant la pandémie, on s’est intéressé à la santé mentale des étudiants athlètes universitaires au Québec. Nous allons les contacter une troisième fois cet automne dans le cadre de cette étude sur la façon dont la pandémie les avait affectés mentionne Sophie Labossière. 

Selon les résultats préliminaires de cette étude, 39 % des athlètes universitaires québécois interrogés ont mentionné avoir des symptômes dépressifs importants et 72 % ont mentionné que la pandémie avait eu un impact négatif sur leur bien-être psychologique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !