•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Double mandat pour Dave Cameron et promotion pour Louis Robitaille avec Hockey Canada

Louis Robitaille répond aux questions des journalistes.

Le directeur des opérations hockey et entraîneur-chef des Olympiques de Gatineau, Louis Robitaille

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Les deux côtés de la rivière des Outaouais seront bien représentés, cet hiver, derrière le banc d’Équipe Canada junior. Le nouvel entraîneur-chef des 67 d’Ottawa, Dave Cameron, occupera les fonctions d’entraîneur-chef. Il sera appuyé par quatre adjoints, dont Louis Robitaille, l’entraîneur-chef et directeur général des Olympiques de Gatineau.

Pour Dave Cameron, il s’agit d’un retour dans la capitale nationale après avoir passé cinq saisons dans le giron des Sénateurs d’Ottawa, de 2011 à 2016. Il en sera à un deuxième séjour au sein du personnel hockey de l’équipe canadienne des moins de 20 ans. De 2009 à 2011, il a récolté une médaille d’or et deux médailles d’argent.

L’homme de hockey de 62 ans a passé les trois dernières saisons à Vienne, en Autriche. La promotion d’André Tourigny avec les Coyotes de l’Arizona lui a permis de le remplacer deux fois plutôt qu’une.

J'étais dans une bonne situation en Europe. Je ne cherchais pas à revenir, mais l’occasion de travailler avec les 67 et avec Hockey Canada était trop belle, a expliqué celui qui se considère comme un bon ami d’André Tourigny et de James Boyd, le directeur général des 67, qui sera également le directeur des opérations d’Équipe Canada junior.

Portrait Dave Cameron lors d'une conférence de presse en 2015.

Dave Cameron rentre au pays pour remplacer André Tourigny (archives).

Photo : La Presse canadienne / PATRICK DOYLE

De son côté, Louis Robitaille est rempli de fierté de cette nomination. Au cours des dernières années, il a monté les échelons de Hockey Canada l’un après l’autre, travaillant sur différentes équipes.

C’est quelque chose de gros et d’extraordinaire d’avoir la chance de représenter son pays sur la scène internationale. Depuis que je suis tout petit, je regarde ce tournoi-là. Je suis extrêmement fier.

Une citation de :Louis Robitaille, entraîneur adjoint, Équipe Canada junior

Jusqu’à tout récemment, les chemins de Louis Robitaille et de Dave Cameron ne s’étaient jamais croisés. Il s’agit donc de la première fois que les deux hommes travailleront ensemble. Cependant, ils ont entendu beaucoup de bien l’un de l’autre par le biais de leur ami commun, André Tourigny.

André l’a en très haute estime. J’ai rencontré Dave [Cameron] pour la première fois mardi, lors d’un appel Zoom. C’est quelqu’un de très drôle, qui a beaucoup d’expérience. Il est passé par le hockey junior et le hockey professionnel. Je vois cela d’un bon œil. Je vais mettre l’épaule à la roue et lui amener ce dont il a besoin.

Dave Cameron a lui aussi eu une bonne première impression de Louis Robitaille, percevant qu’ils avaient des personnalités similaires et qu’ils pourraient faire une belle équipe. Je ne le connais pas beaucoup, mais le hockey est un petit monde. J'ai parlé à beaucoup de gens et tous les commentaires ont été positifs, a-t-il expliqué.

André Tourigny en conférence de presse le jour de sa nomination.

Les deux hommes connaissent bien André Tourigny, nouvel entraîneur-chef des Coyotes de l'Arizona (archives).

Photo : tirée de Twitter/@ArizonaCoyotes

Le tournoi sera présenté pour une deuxième année de suite à Edmonton et à Red Deer, en Alberta. L’an dernier, le tournoi avait été présenté dans une bulle, sans aucun spectateur admis dans les gradins, et il avait été remporté par les États-Unis, tombeurs du Canada, les champions en titre, en finale.

On espère jouer devant des gradins bondés. On connaît tous la passion des Canadiens pour ce championnat du monde. Ce serait extraordinaire de vivre cela pour les entraîneurs et pour les joueurs, souhaite le grand patron des opérations hockey des Olympiques.

Les joueurs se précipitent vers leur gardien pour célébrer devant une foule en délire.

Équipe Canada junior avait remporté les grands honneurs en janvier 2020 (archives).

Photo : The Associated Press / Petr David Josek

L’ascension vertigineuse de Louis Robitaille

La semaine dernière, il a été considéré pour être le futur entraîneur-chef du Rocket de Laval, mais le Canadien de Montréal a finalement misé sur Jean-François Houle pour diriger son club-école.

D’avoir été considéré, c’est un honneur et une fierté. Je m’attaque dès maintenant à mes défis avec Hockey Canada et à ma prochaine saison avec les Olympiques, dit-il.

Ce processus de sélection avec le Rocket et la nomination de Louis Robitaille avec le programme canadien marquent la poursuite de sa montée en puissance dans le monde du hockey.

Il y a exactement 10 ans, il prenait la décision d’accrocher ses patins, après une carrière professionnelle de huit saisons, où son principal fait d’armes a été ses deux matchs dans la LNH avec les Capitals de Washington, lors de la saison 2005-2006.

Il a débuté comme entraîneur-chef et directeur général avec les Braves de Valleyfield dans le junior AAA, avant de faire le saut comme adjoint dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) à Drummondville et à Val-d’Or.

À l’été 2016, les Tigres de Victoriaville l’ont embauché en lui offrant sa première chance comme entraîneur-chef dans la LHJMQ. Après trois saisons, il a remis sa démission pour devenir le chef d’orchestre des Olympiques de Gatineau.

Je crois faire les choses de la bonne façon et qu’on apprécie mon travail. Mes expériences m’ont permis de me préparer adéquatement pour le défi qui s’en vient.

Une citation de :Louis Robitaille, entraîneur-chef et DG, Olympiques de Gatineau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !