•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le centre-ville de Winnipeg a besoin d’une stratégie pour se remettre de la pandémie

Un rapport établit à 139 millions de dollars les pertes subies en 15 mois.

Une rue du centre-ville vide.

Les entreprises du centre-ville de Winnipeg ont dû faire face à de nouvelles restrictions lors de la 3e vague de la COVID-19, au printemps de 2021.

Photo : Radio-Canada / Tyson Koschik

Radio-Canada

Privé de tourisme, d’arts et de divertissement, le secteur économique du centre-ville de Winnipeg a souffert pendant la pandémie de COVID-19. Si cette dernière se résorbe tranquillement, la reprise risque d’être plus longue, avance un rapport publié mercredi.

Les commerces du centre-ville ont perdu en moyenne 2 millions de dollars par semaine en revenus bruts depuis le début de la pandémie. La perte totale de revenus est estimée à 139 millions de dollars sur une période de 15 mois, soit depuis mars 2020.

Ce sont les conclusions de l’étude menée par les zones d’amélioration commerciale (BIZ) des quartiers du centre-ville, de la Bourse et du West-End. Tourisme Winnipeg ainsi que l’agence de développement CentreVenture ont aussi participé à cette recherche.

Quand nous avons découvert les chiffres, nous avons été stupéfaits par la perte de revenus. Ce rapport confirme les difficultés rencontrées par les propriétaires d’entreprises, et nous avons maintenant les données qui nous montrent à quel point les pertes de revenus et d’emplois sont réellement dévastatrices, dit Kate Fenske, directrice générale de Downtown Winnipeg BIZ.

Quelque 2200 événements se sont tenus au centre-ville en 2019, ce qui a généré 6,8 millions de visites. Ce chiffre a subi une baisse phénoménale, puisque plus de 75 % des événements ont été annulés en 2020.

L’annulation et le report de plus de 100 conférences et événements à grande échelle ont entraîné la perte d’au moins 56 000 visiteurs au centre-ville, ainsi que de 86 000 nuitées dans des hôtels.

L'Hôtel Fort Garry, à Winnipeg.

L'Hôtel Fort Garry à Winnipeg

Photo : Florence Reinson

Ces absences représentent une perte de revenus de 59 millions de dollars, indique le rapport.

Le nombre d’usagers du transport en commun dans le centre-ville a chuté de plus de 60 %, et le stationnement payant dans les rues a diminué de 50 %.

Seulement 20 % des quelque 70 000 travailleurs à temps plein sont actuellement dans les bureaux et commerces du centre-ville.

De plus, 30 000 étudiants postsecondaires ainsi que le personnel des établissements scolaires ont disparu du centre-ville avec la pandémie, étant passés à l’apprentissage à distance. Kate Fenske dit s’ennuyer de ces étudiants qui amènent leur dynamisme au centre-ville.

Selon le rapport, les capacités restreintes des salles de spectacles au cours des prochains mois et le report jusqu’en 2022 de conférences nationales et internationales continueront à poser des défis aux gens d’affaires du quartier.

Ce constat est d’autant plus difficile, note Mme Fenske, que la faiblesse du secteur des conférences a un effet d’entraînement sur les hôtels, les musées, les galeries et les restaurants, qui bénéficient normalement de sa vitalité. Et tous, note-t-elle, sont situés dans le centre-ville.

Kate Fenske est photographiée à l'extérieur des bureaux de l'organisme et sourit.

Kate Fenske est la directrice générale de la zone d'amélioration commerciale du centre-ville, le Downtown Winnipeg BIZ.

Photo : Radio-Canada / Walther Bernal

Les personnes sans-abri ne sont pas épargnées

La fermeture des espaces publics, comme les aires de restauration, les bibliothèques, les stationnements ou encore des cages d’escalier intérieures, ont donné du fil à retordre aux personnes itinérantes, qui doivent trouver de l’eau, des toilettes, des endroits pour dormir ou des lieux sûrs pour passer leur journée.

Les abris d’autobus sont ainsi devenus des refuges, ce qui a eu pour effet d’augmenter le temps consacré à leur nettoyage.

Des tentes, des abris de fortune et des déchets.

Un des nombreux campements de sans-abri qu'on trouvait à Winnipeg l'été dernier.

Photo : Radio-Canada / John Einarson

L’accès aux droits fondamentaux comme aller aux toilettes publiques et avoir de l’eau potable [...] est essentiel. Le logement et la réconciliation sont des priorités absolues, indique le rapport.

On a une occasion de mener le changement grâce à des efforts de collaboration, mais cela nécessitera un engagement fort de tous les niveaux de gouvernement et de tous les secteurs.

Vers le développement d'une stratégie

Un groupe de travail sur une stratégie de redressement économique du centre-ville a été créé. Composé d’organisations communautaires et de chefs d’entreprise, il examinera les priorités des trois prochaines années, selon Mme Fenske.

Cette stratégie devrait être publiée à l’automne. D’ici là, dit Kate Fenske, la chose la plus importante à faire pour aider le centre-ville est de se faire vacciner.

Avec les informations de Darren Bernhardt

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !