•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les élus de la Haute-Côte-Nord soulagés du rejet de GNL Québec

Conduite de gaz naturel.

Le chef d'Essipit et le maire de Tadoussac sont soulagés du rejet du projet de GNL Québec (archives).

Photo : La Presse canadienne

Alice Proulx

Les élus de la Haute-Côte-Nord sont soulagés du rejet du projet d'usine de liquéfaction de gaz naturel de GNL Québec par le gouvernement québécois.

Le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, en a fait l’annonce mercredi en se basant sur les conclusions du rapport du Bureau des audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

Le chef de la Première Nation des Innus Essipit se réjouit de la décision.

C'est une très bonne décision de la part du gouvernement du Québec de ne pas aller de l’avant avec le projet de GNL ainsi que celui de Gazoduc, lance Martin Dufour.

Il soutient que le projet allait à l'encontre de leurs valeurs de conservation de la faune et de l’environnement.

Au cours des années, on a découvert que le projet n’était pas aussi vert que ça. On pense qu’on va donner un meilleur avenir à nos enfants sans ce projet-là.

Une citation de :Martin Dufour, chef d'Essipit

En mai, les communautés d'Essipit, de Pessamit et de Mashteuiatsh ont confirmé leur opposition au projet.

Ces communautés, dont le territoire ancestral aurait été traversé par le gazoduc pour l'exportation du gaz naturel liquéfié, avaient d’ailleurs rompu les discussions avec le président de la compagnie la semaine dernière.

Un détour pour les énergies vertes

Le maire de Tadoussac, Charles Breton, est heureux de savoir qu’il n’y aura pas de méthaniers sur la rivière Saguenay.

Personnellement, je suis très content. Le conseil municipal, même le conseil de la MRC, on avait demandé au gouvernement de prendre le temps de faire plus d’études sur les effets à long terme et sur les bélugas particulièrement. Je pense que c’est un projet qui avait trop de côtés négatifs pour l’environnement, explique M. Breton.

C’était un détour pour aller vers des énergies vertes. Je pense qu’on n’est plus à l’époque où on peut prendre des détours, on est à l’époque où on doit prendre des raccourcis.

Une citation de :Charles Breton, maire Tadoussac

Le ministre Charette a confirmé, durant la conférence de presse, que le rejet du projet Énergie Saguenay sonne aussi le glas de celui de Gazoduq.

Avec les informations de Marie Kirouac-Poirier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !