•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle bourse annuelle pour soutenir les étudiants autochtones en médecine

Le campus de Sudbury de l'École de médecine du Nord de l'Ontario.

L'École de médecine du Nord de l'Ontario a un campus à l'Université Laurentienne, à Sudbury, ainsi qu'à l'Université Lakehead, à Thunder Bay.

Photo : CBC / Jenifer Norwell

Radio-Canada

Mélanie-Rose Frappier et Alison Lewis, étudiantes en quatrième année de médecine à l'École de médecine du Nord de l'Ontario (EMNO) sont les lauréates du nouveau Prix de leadership étudiant de la CIBC pour les Autochtones.

Elles sont les premières à remporter cette bourse de 23 750 $ qui sera désormais versée à deux étudiants autochtones annuellement.

Les lauréats sont choisis en fonction de leurs compétences de leadership et de leur implication communautaire.

Mélanie-Rose et Alison sont des leaders fantastiques, très déterminées à promouvoir l’accès aux soins de santé, la culture autochtone, l’antiracisme, l’équité et l’inclusion, se réjouit la Dre Sarita Verma, doyenne et PDG de l'EMNO.

Ce sont des personnes compatissantes qui ont fait une réelle différence et continueront de le faire quand elles seront médecins dans le Nord de l'Ontario.

Une citation de :Dre Sarita Verma, doyenne et PDG de l'École de Médecine du Nord de l'Ontario

L’EMNO a reçu un don de la CIBC en mai 2020 pour établir cette nouvelle initiative visant à promouvoir et récompenser le leadership et le mentorat d’étudiantes et étudiants autochtones.

Le prix vise également à créer des possibilités d’apprentissage et de réseautage pour les récipiendaires.

Les étudiantes comptent rester dans le Nord

Mélanie-Rose Frappier est une francophone métisse originaire de Sudbury.

À 16 ans, elle a établi son propre organisme sans but lucratif, C’est cool d’être en santé, dont le but est de renseigner les jeunes sur l’importance de l’activité physique.

Elle a également élaboré une déclaration axée sur les obstacles à l’éducation auxquels font face les autochtones.

Une jeune femme sourit à la caméra.

En plus de ses études en médecine, Mélanie-Rose Frappier a obtenu un baccalauréat en études autochtones de l’Université Laurentienne en 2018.

Photo : École de Médecine du Nord de l'Ontario

J’ai une passion pour la santé et la culture, et je compte m’appuyer sur des connaissances autochtones et allochtones lorsque j’exercerai mon métier. Je crois que pour guérir, il faut se concentrer sur tous les aspects de la santé, qu’ils soient physiques, mentaux, affectifs et spirituels.

La deuxième récipiendaire est Alison Lewis, une jeune femme métisse originaire de Sioux Lookout, l’endroit même où elle a récemment effectué un stage de médecine.

Femme sourit à la caméra.

Alison Lewis possède un baccalauréat en biologie et chimie.

Photo : École de Médecine du Nord de l'Ontario

Durant sa troisième année à Sioux Lookout, elle a travaillé avec des patients autochtones et dans plusieurs communautés du Nord accessibles seulement par voie aérienne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !