•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une microbiologiste dit aux supporteurs des Roughriders d'éviter le stade Mosaic

Des partisans des Roughriders de la Saskatchewan.

Des partisans des Roughriders de la Saskatchewan vont reprendre le chemin du stade le 6 août avec le premier match à domicile de leur équipe. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Troy Fleece

Radio-Canada

Les partisans qui s'inquiètent de la COVID-19 devraient s'abstenir d'assister au match d'ouverture de la saison des Roughriders de la Saskatchewan, selon la professeure en microbiologie de l’Université de York Dasantila Golemi-Kotra.

La spécialiste lance un avertissement à quelques jours de la manifestation sportive majeure qui se déroulera au stade Mosaic de Regina. Les Roughriders ouvriront leur saison à domicile le 6 août face aux Lions de Colombie-Britannique.

Pour assister à ce rassemblement de grande ampleur, il ne faudra pas apporter de preuve de vaccination ou de résultats négatifs à un test de dépistage du coronavirus.

Les gens peuvent être à l'extérieur, mais tant qu'ils sont très proches de quelqu'un d'autre, épaule contre épaule, criant et s'amusant, il y aura des cas de COVID-19, déclare Mme Golemi-Kotra

Un avis pour les indécis

Dasantila Golemi-Kotra ajoute que de grands rassemblements en plein air dans le monde entier ont conduit à des augmentations de cas de COVID-19. Elle fait notamment référence à un festival de musique aux Pays-Bas au début du mois de juillet qui aurait été lié à environ 1000 cas.

Elle explique aussi qu'une équipe d'épidémiologistes aux États-Unis a suivi le nombre de cas après les matchs de la Ligue nationale de football au cours de la dernière saison.

Ils ont remarqué que les pics étaient très étroitement liés à l'affluence de supporteurs, indique-t-elle.

Les résultats ont démontré que les foules de plus de 20 000 personnes entraînaient souvent une résurgence de cas locaux. En revanche, les foules plus petites, dans lesquelles les personnes sont plus dispersées, étaient beaucoup moins susceptibles de générer une augmentation soudaine de cas.

Des risques aussi à l'extérieur

Dasantila Golemi-Kotra ajoute que des pics de cas ont même été causés par des événements en plein air qui exigeaient une preuve de vaccination.

Il n'y a vraiment aucun refuge, si vous voulez, pour ces grands rassemblements, tant que les gens se rassemblent à proximité les uns des autres sans se couvrir le visage, sans autres mesures de protection, précise-t-elle.

La province n’imposera pas de mesures sanitaires

Les Roughriders ont tenu à rassurer leurs supporteurs par voie de communiqué.

Nous rencontrons régulièrement les responsables de la santé publique pour nous assurer que nous suivons leurs conseils et les meilleures pratiques lorsque nous accueillerons à nouveau nos supporteurs dans notre stade, a indiqué le club.

Le ministère de la Santé de la Saskatchewan a, quant à lui, confirmé dans un courriel que la province n'exigera pas de preuve de vaccination contre la COVID-19 pour les grands événements ou à d'autres fins.

Cependant, les entreprises ou les installations individuelles peuvent mettre en œuvre leurs propres politiques exigeant des masques, et les clients doivent respecter la décision de l'entreprise et se conformer ou choisir de ne pas se rendre dans l'établissement, a ajouté la province.

Avec les informations de Mickey Djuric et Cory Coleman

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !