•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des citoyens souhaitent donner une seconde vie aux panneaux de plexiglas

Le logo de l'atelier Co-éco à l'entrée de l'écochantier.

Co-éco pourra reprendre les panneaux de plexiglas dans les écochantiers lorsqu'ils ne seront plus nécessaires après la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Simon Rail-Laplante

Alice Proulx

Quelques citoyens ont signalé leur intérêt à l'organisme environnemental Co-éco, au Kamouraska, de réutiliser les panneaux de plexiglas qui sont installés un peu partout dans les commerces et les entreprises depuis le début de la pandémie de COVID-19.

La directrice générale de l'organisme, Solange Morneau, croit que les Bas-Laurentiens pourront développer des solutions innovantes pour donner une seconde vie à la matière.

Dans notre région, on est capable de se servir de ces matières-là pour autre chose qui sera très créatif. C’est de leur donner une nouvelle vie, c’est de les recycler pour ne pas qu'elles se retrouvent dans les sites d’enfouissement, avance Mme Morneau.

L'organisme Co-éco reçoit déjà des demandes de citoyens qui souhaitent se procurer des panneaux de plexiglas pour réaliser divers projets, par exemple la construction de petites serres.

Ce n'est pas tout, les artistes aussi auront le plaisir de se servir de ces plexiglas-là pour animer leur art un peu partout dans la région. De plus, les producteurs agricoles nous appellent fréquemment pour savoir si on a du plastique assez solide pour réparer certaines de leurs machineries, explique Mme Morneau.

Elle conseille, par ailleurs, aux commerçants de conserver leurs panneaux de plexiglas jusqu'au moment où la santé publique aura officiellement annoncé le retrait de cette mesure sanitaire.

Les plexiglas installés pour rester?

Des milliers de panneaux de plexiglas sont présentement installés dans les commerces et les entreprises du Québec pour faire une séparation entre les personnes.

Le ministère québécois de l'Environnement n'a encore aucune stratégie pour les recycler, d'autant plus que le plexiglas demeure un type de plastique difficile à recycler, selon divers experts.

Rosaire Ouellet, le maire de la municipalité de Sainte-Anne-de-la-Pocatière et membre du comité de récupération des matières résiduelles pour la MRC de Kamouraska, est convaincu que plusieurs commerces vont conserver les panneaux de plexiglas de manière permanente, même lorsque cela ne fera plus partie des mesures sanitaires dictées par la santé publique.

Ça ne nuit pas et ça protège les employés.

Une citation de :Rosaire Ouellet, maire de Sainte-Anne-de-la-Pocatière
Rosaire Ouellet sourit à la caméra.

Le maire de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, Rosaire Ouellet (archives)

Photo : Centre de développement bioalimentaire du Québec (CDBQ).

Il y a probablement plus de la moitié des commerces qui vont conserver leurs installations. Il y a des endroits où ça ne sera pas possible, mais on va être en mesure de récupérer les plexiglas pour une seconde vie. On va faire le nécessaire pour récupérer ça, ajoute-t-il.

M. Ouellet soutient qu'il y aura une importante demande de ce type de matériau.

Avec les informations de Fabienne Tercaefs

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !