•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Campagne à la mairie de Sherbrooke : le jeu d'équipe d'Évelyne Beaudin

Les candidats aux élections municipales profitent de la période estivale pour faire le plein d’énergie avant de s’engager dans la course officielle cet automne. À Sherbrooke, trois élus lorgnent la mairie. Dans une série de trois reportages, Réjean Blais s’entretient avec les candidats alors qu'ils pratiquent l’une de leurs activités sportives préférées.

la candidate à la mairie evelyne beaudin montre un frisbee.

La candidate à la mairie, Évelyne Beaudin, adore pratiquer le « ultimate frisbee ».

Photo : Radio-Canada / ANDRÉ VUILLEMIN

Une forte pluie vient de tomber en ce chaud début de soirée de juillet. Malgré ce temps lourd, des équipes d’ultimate frisbee se disputent la victoire sur les terrains extérieurs de l’Université de Sherbrooke. Parmi les formations sur la surface de jeu, les Dark Twisters [Tornades sombres], un nom qui ne s’invente pas alors qu’une alerte d'orages violents est en vigueur. Cette équipe, au maillot noir et rouge, compte dans ses rangs une fidèle joueuse : Évelyne Beaudin, candidate à la mairie de Sherbrooke.

Celle qui est conseillère municipale depuis quatre ans avoue être un peu nerveuse en début de match, mais elle est visiblement ravie de rejoindre ses coéquipiers et amis après des mois d’arrêt en raison de la pandémie. Elle retrouve rapidement ses repères, et déploie beaucoup d'énergie sur le terrain. Elle court, couvre une joueuse adverse et saisit le disque. On voit qu'elle a le sens du jeu.

C’est tellement un sport simple. Tout ce dont on a besoin, c’est une bonne paire de souliers. L’esprit sportif est vraiment mis de l’avant, précise celle qui lance le frisbee depuis 15 ans déjà.

Les joueurs des deux équipes se félicitent lorsque de beaux jeux sont réalisés. Même pendant les tournois, les équipes sont évaluées selon leur esprit sportif et le respect des règles.

des joueurs pratiquent le ultimate frisbee.

Évelyne Beaudin, lors d'un match d'« ultimate frisbee ».

Photo : Radio-Canada / ANDRÉ VUILLEMIN

On ne peut s’empêcher de remarquer un contraste flagrant entre la philosophie de ce sport et l’ambiance acrimonieuse qui règne lors des séances du conseil municipal. La politicienne de 33 ans paraît souvent isolée dans ses prises de position, et par le fait qu'elle est la seule représentante de l’unique parti d’opposition à l’hôtel de ville.

Pourtant, Évelyne Beaudin est une fille d'équipe. À travers cette activité sportive, elle nous fait d'ailleurs voir une autre facette d'elle-même, et semble très appréciée par ses coéquipiers et coéquipières.

Je ne sais pas à quel point les gens me connaissent vraiment. Je suis tout le temps moi-même. J’ai jamais l’impression de jouer une game. Je suis beaucoup dans l’humour. J’aime beaucoup faire rire les gens. Ce n’est pas quelque chose qui ressort à travers les séances du conseil municipal.

Une citation de :Évelyne Beaudin, candidate à la mairie de Sherbrooke

Une famille tissée serrée

Si les relations avec ses collègues du conseil municipal sont souvent tendues, c’est une toute autre histoire avec les membres de sa famille. Elle est très proche de ses parents, tant au propre qu’au figuré : elle s’est même achetée une maison à quelques pas de la leur. La famille, c’est de l’amour inconditionnel. C’est quelque chose qui est difficile à reproduire autrement dans notre vie. Pour moi, c’est extrêmement précieux.

Ses parents, un de ses frères, sa soeur et même un neveu et une nièce sont présents pour l’encourager ce soir-là. Elle souligne, par ailleurs, qu'elle ne sait pas encore si elle veut avoir des enfants un jour. Pour l'instant, elle se dit comblée par son rôle de matante.

une joueuse de ultimate frisbee encourage son equipe.

Évelyne Beaudin encourage son équipe pendant qu'elle attend de retourner sur la surface de jeu.

Photo : Radio-Canada / ANDRÉ VUILLEMIN

On n'est pas étonné d’apprendre que sa famille n'est pas étrangère à son parcours professionnel. Elle a été élevée au sein d'une famille nombreuse, pour qui le partage est primordial, et où le père était avocat, inculquant par la force des choses certaines valeurs fortes. L’équité et la justice, dans une famille de quatre enfants, je dirais que c’est quelque chose d’important. Ils m’ont transmis ces valeurs-là, qui ont développé ma passion pour la politique. Aujourd’hui, cette passion-là mobilise toute la famille, dit-elle fièrement.

D'ailleurs, son autre frère, qui vit au Missouri, aux États-Unis, lui donne un solide coup de pouce à distance. Tous les jours, je suis en contact avec lui. C'est lui qui s’occupe de la gestion des données. On essaie de faire des stratégies de communication, qui sont ciblées selon les intérêts des gens. Même sa mère, qui lui a transmis ses valeurs féministes, fait des appels quotidiennement pour sa campagne électorale.

Changer le monde avec les chiffres

Évelyne Beaudin a étudié en économie dans l’espoir de changer le monde, rien de moins. Elle se dirigeait vers une carrière en enseignement, ce qu’elle a fait pendant quelque temps aux cégeps de Matane et de Gaspé, ainsi qu'à l'Université du Québec à Rimouski et à l'Université de Sherbrooke. La politique est devenue, peu à peu, l’instrument du changement qu’elle souhaite utiliser pour améliorer les conditions de vie de ses semblables. Au final, ce qu'elle apprécie le plus, c'est un mélange des deux mondes : faire de la pédagogie politique pour informer et mobiliser.

Sherbrooke a besoin d’un peu plus de confiance en soi. Avant même de se donner une chance, des fois, on est un petit peu défaitiste. On se dit, par exemple, qu'un tel projet ne marchera pas à Sherbrooke. Mais on a tous les ingrédients. Je pense que c’est une question de posture mentale. Il faut qu’on ait confiance en notre potentiel.

Une citation de :Évelyne Beaudin, candidate à la mairie de Sherbrooke
des femmes jouent au ultimate frisbee.

Évelyne Beaudin est née à Rouyn-Noranda, mais elle avait à peine trois mois quand elle est arrivée à Sherbrooke avec sa famille. Son père venait y faire des études en droit, mais Evelyne Beaudin fera de la région, sa maison.

Photo : Radio-Canada / ANDRÉ VUILLEMIN

Même si elle avoue que c’est un deuil de renoncer à son poste de conseillère, le plus bel emploi qu’elle a eu de sa vie, Évelyne Beaudoin sent que c'est un devoir de convoiter la mairie. La fille d'équipe s'est bien entourée : elle est fière de mener cette campagne avec des candidats dans tous les districts de la ville.

Mon rêve, ce n’est pas d’occuper un poste [de maire], mais d’accomplir de grandes choses, nuance-t-elle. Pour atteindre cet ambitieux objectif, elle y consacre presque tout son temps. Elle s’accordera quand même de courtes vacances cet été dans le Charlevoix avec son conjoint, qu’elle a d’ailleurs connu lors d'un tournoi d'ultimate frisbee.

des joueurs de ultimate frisbee se félicitent.

Évelyne Beaudin adore l'esprit sportif qui anime le ultimate frisbee.

Photo : Radio-Canada / ANDRÉ VUILLEMIN

À la fin du match, les joueurs des deux équipes forment un grand cercle et font un retour sur la rencontre. Ils soulignent les bons coups et félicitent les joueurs qui se sont distingués. Elle sait que l’ambiance bon enfant qui règne sur les lignes de côté ne sera pas la même pendant la campagne électorale, qui s’annonce dure et robuste.

Peu importe, elle sautera dans la game à pieds joints, dans l'espoir de faire de Sherbrooke la meilleure ville au monde.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !