•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 3000 pompiers luttent contre une saison des feux « dévastatrice » en C.-B.

Des vents pourraient attiser les flammes au cours des prochains jours, craignent les autorités.

Un hélicoptère survole un feu de forêt.

Un hélicoptère survole le feu de Tremont Creek, près d'Ashcroft, en C.-B.

Photo : BC Wildfire/Twitter

Les feux de forêt en Colombie-Britannique, qui entraînent l’évacuation de milliers de résidents, mobilisent plus de 3000 pompiers qui travaillent « sans relâche, 24 heures sur 24 », assure le service de lutte contre les incendies, BC Wildfire.

Parmi les équipes sur le terrain, 135 pompiers viennent de l'extérieur de la Colombie-Britannique, du Québec notamment.

Celle dont fait partie le pompier Serge-Paul Jean en est à sa 4e journée au front. Ce sont des feux actifs, qui peuvent dégénérer, affirme le pompier, qui garde néanmoins espoir que tous les efforts menés portent fruit.

Autour de lui, des camions-citernes sont en mouvement et le bruit des hélicoptères le force à élever la voix. Il y a beaucoup d'ouvrage, mais on aime ça comme ça, on se sent important au combat, admet-il.

Le pompier Serge-Paul Jean.

L'équipe de Serge-Paul Jean combat le feu situé au sud de la communauté 100 Miles House, en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada

À Osoyoos, dans l’Okanagan, lSéverine Pinte, qui est vigneronne, en est un témoin de premier plan. Le feu, dit-elle, s’est retrouvé à moins de 10 mètres des vignes.

Il n’y a pas de mot pour remercier tout ce que font les pompiers, dit celle qui est sous alerte d’évacuation. Ils font un manège incessant. Dès que le jour se lève, les hélicoptères tournent.

Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, était de passage à Castlegar, dans les Kootenays, une des premières régions à être touchées par les feux cette saison.C'est une situation très difficile, dit-il après sa rencontre avec les équipes sur le terrain. 

C’est un rappel frappant que les changements climatiques sont bien présents.

Une citation de :John Horgan, premier ministre de la Colombie-Britannique
Un tableau indique le bilan des feux dans la province.

Bilan des feux dans la province.

Photo : Radio-Canada

De la foudre et du vent

En plus de combattre les feux actifs, des équipes sont positionnées aux endroits où l'on craint la foudre, à l'origine de la majorité des incendies, explique la porte-parole de BC Wildfire, Taylor Colman.

Nous ne pouvons pas tout prévoir, mais nos équipes sont positionnées pour être en mesure de réagir rapidement.

Une citation de :Taylor Colman, BC Wildfire
Un hélicoptère survole des résidences dans la vallée de l'Okanagan.

Le feu Nk'Mip s'est propagé rapidement dans l'Okanagan.

Photo : Mike Fitzpatrick

La sécheresse record qu’a connue la Colombie-Britannique au printemps, aggravée par le dôme de chaleur survenu en juin, fait en sorte que les sols sont secs en profondeur, pas seulement à la surface, précise Taylor Colman.

Alors que l’activité de foudre est plus dynamique que les années précédentes, les feux se déclenchent et se propagent à un rythme significatif, comparativement aux autres saisons d’incendies qu’a connues la province, selon Cliff Champan. Il s'agit d'une saison dévastatrice, dit-il.

Un combat contre la nature, c’est dur à prédire.

Une citation de :Serge-Paul Jean, pompier de la SOPFEU

Des vents en provenance des États-Unis pourraient attiser les flammes, craignent les autorités. La situation est surveillée de près par Serge-Paul Jean. La tendance, c’est qu’en après-midi le vent se lève et ça complique la situation.

La météo a toujours le dernier mot, rappelle-t-il.

Un nuage de fumée part d'une zone de montagne au bord d'un lac.

Les autorités surveillent plusieurs incendies dans le sud-est de la Colombie-Britannique, où la sécheresse alimente les flammes.

Photo : Facebook/BC Wildfire

Des milliers de personnes évacuées ou prêtes à se déplacer

Nous avons un long chemin à parcourir avant la fin de la saison, rappelle Taylor Colman.

Mercredi, le gouvernement provincial a décrété l'état d'urgence, une mesure qui lui permet, entre autres, d'ordonner des évacuations de masse et de réquisitionner des espaces d'hébergement pour les personnes évacuées.

À travers la province, un ordre d'évacuation est actuellement en vigueur pour plus de 3078 propriétés, notamment à Sicamous, à Oliver et à Osoyoos.

Plus de 350 membres des Forces armées canadiennes et une centaine de pompiers en provenance du Mexique viendront également porter main-forte aux équipes actives sur le terrain et dans les airs au cours des prochains jours.

Avec des informations de Wildinette Paul et d'Alexandre Lepoutre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !