•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pertes importantes pour l’industrie du mariage

Deux mains de mariés dont l'une échange une bague à l'autre.

Rien n'est facile pour l'industrie du mariage depuis deux ans (archives).

Photo : Shutterstock / KirylV

Radio-Canada

Les deux dernières années ont été très difficiles pour l’industrie du mariage, qui a enregistré des pertes importantes évaluées à 257 millions de dollars au Québec.

Une nouvelle étude a évalué les conséquences de la crise sanitaire sur l'industrie du mariage au Québec.

Les impacts de la pandémie sont énormes. Les salles de réception sont vides, les traiteurs n’ont pas de clients et les entreprises de coordination attendent. Les ventes et la location des robes et divers accessoires de mariées sont à leurs plus bas niveaux.

Les mariages célébrés au Québec ont atteint un creux historique en 2020

Il faut remonter à 1903 pour enregistrer un niveau aussi bas, a révélé l’Institut de la statistique du Québec.

Au total, 11 300 couples ont formellement uni leur destinée l’an dernier, soit de 49 % de moins qu'en 2019. Lors de la période forte, en mai, juin et juillet, cette baisse a même atteint 70 % par rapport à la moyenne des cinq années précédentes.

Le responsable des relations presse et de la communication à la compagnie d’assurance Hellosafe.ca, Alexandre Desoutter, explique que l’industrie pourrait vivre une année record en 2022, mais les espoirs sont freinés.

Des données nous font dire que 2022 pourrait être une année record pour l’industrie du mariage. On avait anticipé une multiplication par deux entre 2021 et 2022. L’arrivée possible du variant Delta va faire en sorte que les chiffres ne pourraient pas être aussi bons. Nous pourrions vivre encore des conséquences de la COVID en 2022, estime M. Desoutter.

Ce scénario est également envisagé par le diocèse de Sherbrooke.

Peu de réservations ont été concrétisées, mais ça se parle beaucoup, explique l’abbé Francis Gadoury.

Les allègements aux mesures sanitaires du 28 juin n’ont pas eu d'effet direct sur les célébrations de mariage cet été. Depuis le 28 juin, Québec permet les rassemblements de 250 personnes dans les lieux de culte pour la célébration d’un mariage.

Toutefois, le nombre de personnes pouvant se réunir pour la réception est limité à 25 à l’intérieur ou 50 à l’extérieur, tout en maintenant les règles de distanciation sociale.

Les gens sont contents de faire des cérémonies plus intimes. Beaucoup de gens vont célébrer à nouveau quand ils vont pouvoir. C’est comme revivre le beau moment une deuxième fois. C'est important d’écouter les besoins du couple, explique une célébrante, Geneviève Morin.

Pour Audrey Lebel-Blais, qui a été mariée par Geneviève Morin, la pandémie ne devait pas être un obstacle à son mariage.

Audrey est tombée amoureuse d'un Français lors du ShazamFest il y a trois ans. Elle s'est mariée avec lui le 1er mars dernier, à l'extérieur, en plein hiver.

Nous avions le droit d’être huit personnes à distance à l’extérieur. C’était tout petit à l'extérieur dans le froid. C’était petit, mais cute, indique Mme Audrey Lebel-Blais.

La stratégie vaccinale, l’année 2022, devrait être celle de la renaissance pour l’industrie du mariage au Québec.

Après le report des mariages en 2020 et 2021, plus de 32 000 mariages pourraient être célébrés l'an prochain au Québec, soit plus du double par rapport à 2021.

Ainsi, en 2022, l’industrie québécoise du mariage pourrait engranger un chiffre d’affaires record de plus de 700 millions de dollars.

D’après les informations de René Cochaux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !