•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une consultation publique prévue en 2022 pour le parc du Mont-Orford

Un quai sur l'étang aux Cerises, à l'entrée du parc national du Mont-Orford.

Le parc du Mont-Orford fera plus de 100 kilomètres carrés après l'agrandissement.

Photo : Radio-Canada / Titouan Bussiere

Titouan Bussiere

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) a confirmé que les audiences publiques sur l’agrandissement du parc du Mont-Orford n’auraient pas lieu avant 2022.

Le projet d’agrandissement du parc national du Mont-Orford a vu le jour avec « la saga du Mont-Orford », lorsque l’ancien premier ministre du Québec, Jean Charest, avait voulu privatiser une partie du parc.

Lorsque le projet de privatisation a été abandonné, après une importante controverse, seul l’agrandissement est resté dans les projets. L’objectif initial était de doubler la superficie du parc.

Cela fait maintenant plus de 15 ans que le projet existe et il ne verra pas le jour avant au moins 2023, selon le chargé de projet à la Direction des parcs nationaux au MFFP, Alain Thibault.

De nombreuses procédures

Des démarches d’acquisition ont commencé en 2008, explique Alain Thibault. Selon lui, les premières démarches d’acquisition étaient dans un contexte d’expropriation, ce qui serait exceptionnel à des fins de parcs nationaux.

Ces démarches-là ont été terminées l’année dernière. Il reste quelques démarches d’acquisition auprès de propriétaires, mais là, nous sommes dans un contexte de gré à gré, a-t-il détaillé.

Actuellement, le parc s’étend sur 60 kilomètres carrés et les acquisitions déjà effectuées par le ministère atteignent 44 kilomètres carrés. Selon Alain Thibault, il n’y a pas de taille définitive pour le moment, car des démarches sont toujours en cours.

Un tel agrandissement a plusieurs avantages, selon le chargé de projet. Ça va rendre accessible un vaste territoire pour les activités de plein air. On l’a vu surtout en temps de pandémie à quel point les milieux de plein air étaient très fréquentés, a-t-il déclaré.

Selon des données fournies par la Sépaq, ce sont 539 326 jours de visite qui ont été recensés du 1er avril au 30 septembre 2020 au parc national du Mont-Orford. À titre de comparaison, sur l’année financière 2018-2019, soit du 1er avril 2018 au 31 mars 2019, il y avait eu 676 051 jours de visite.

Un autre objectif cité par Alain Thibault est de rendre accessibles aux citoyens plus de plans d’eau. Plusieurs plans d’eau publics sont saturés de propriétés privées et ne sont pas accessibles pour les citoyens qui ne sont pas riverains.

Ça va aussi pour les commerçants et les municipalités environnantes. Ça va créer des emplois et des retombées économiques.

Une citation de :Alain Thibault, chargé de projet à la Direction des parcs nationaux au MFFP

Les citoyens pourront se prononcer

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a mentionné ne pas souhaiter tenir d’audiences publiques avant 2022, puisque les acquisitions de terrains ne sont pas toutes réalisées. On veut une proposition claire au niveau des limites, a expliqué Alain Thibault.

Le chargé de projet a toutefois mentionné que des rencontres ont lieu depuis 2019 avec différents groupes, comme les municipalités concernées, des groupes environnementaux, des associations de riverains et des organismes de plein air.

Une fois que les acquisitions seront terminées, le ministère prévoit consulter le public en deux parties. Il va y avoir une première séance d’information où on va présenter le projet et répondre aux questions des citoyens, et dans un deuxième temps, les citoyens et organismes pourront présenter un mémoire et le présenter s’ils le souhaitent, a déclaré Alain Thibault.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !