•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Augmentation des appels liés aux opioïdes aux urgences d'Edmonton

Une seringue, des pilules et de la poudre placées aléatoirement.

Le fentanyl est l'opioïde le plus meurtrier en Alberta.

Photo : Shutterstock / Chirachai Phitayachamrat

Julien Latraverse

Depuis plusieurs jours, les services médicaux d'urgence d'Edmonton connaissent une augmentation du nombre d'appel en lien avec les opioïdes, selon Service de Santé Alberta (AHS).

Judith Gale, la dirigeante du Bear Clan Patrol de Beaver Hills House, parcourt les rues de la capitale albertaine pour venir en aide aux personnes vulnérables et autochtones. Selon elle, la situation est grave.

On compte au moins 10 surdoses [aux opioïdes] quotidiennement, affirme-t-elle.

Judith Gale raconte qu'elle doit administrer de la naloxone, un médicament qui annule temporairement les effets d'une surdose d'opioïdes, de plus en plus souvent lors de ses patrouilles. La semaine dernière, nous l’avons fait trois fois en moins de cinq coins de rue, précise-t-elle.

Services de Santé Alberta présente plusieurs facteurs pouvant expliquer cette hausse des surdoses. Notamment l’usage de drogues dangereuses et les températures exceptionnellement élevées, indique l'agence dans un courriel.

Il existe également un lien entre la chaleur et les complications de la santé lors de la prise de stimulants, comme les amphétamines ou la cocaïne, révèle un document (Nouvelle fenêtre) du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Est-de-l'île-de-Montréal.

Les drogues stimulantes entraînent une augmentation de la température corporelle pouvant d'emblée présenter des dangers pour la santé du consommateur ou même sa vie. Une chaleur accablante a donc pour conséquence d'accroître les risques de complications graves.

AHS signale 139 appels liés aux opioïdes dans ses services médicaux d’urgence à Edmonton pour la période du 12 au 18 juillet.

La situation est vraiment mauvaise [...] C’est une épidémie en ce moment.

Une citation de :Judith Gale, dirigeante, Bear Clan Patrol de Beaver Hill House

Toutefois, selon Judith Gale, cette flambée de surdoses et d’intoxications aux opioïdes a commencé l’an dernier avec l'arrivée de la COVID-19. La fermeture des frontières a fortement limité l’importation de drogues [...] Les gens essaient d’en fabriquer eux-mêmes sans savoir comment faire, affirme-t-elle.

Ce phénomène favorise l’apparition de drogues Frankenstein créées lorsque plusieurs médicaments, tels que narcotiques, hallucinogènes et psychotropes, sont mélangés dans un dangereux cocktail.

Lorsqu’ils sont combinés avec des stimulants, cela peut être très nocif, explique Judith Gale.

Depuis le début de l'année, 454 personnes sont mortes d'une surdose aux opioïdes, selon des données gouvernementales.

Un récent rapport (Nouvelle fenêtre) de l'Agence de la santé publique du Canada souligne que les provinces de l'Ouest sont les plus touchées par la crise des opioïdes depuis 2016.

De janvier à décembre 2020, 85 % de tous les décès liés à une intoxication aux opioïdes sont survenus en Colombie-Britannique, en Alberta ou en Ontario, dit le document.

En 2020, 1128 Albertains ont succombé à une surdose d'opioïdes, soit le nombre le plus élevé en une seule année pour la province, selon les dernières statistiques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !