•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Edmonton pourra accueillir des voyageurs américains dès le 9 août

Une enseigne à l'Aéroport international d'Edmonton indique la direction pour les vols à destination des États-Unis.

Jusqu'à maintenant, tous les vols internationaux à destination de l'Alberta devaient passer par l'Aéroport international de Calgary en raison de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Andréane Williams

L’Aéroport international d’Edmonton (AIE) est l’un des cinq nouveaux aéroports au pays qui pourront accueillir les voyageurs américains pleinement vaccinés à partir du 9 août.

Les voyageurs vaccinés venant d'ailleurs dans le monde pourront pour leur part venir au Canada à compter du 7 septembre, a annoncé Ottawa lundi.

Même s’il faudra du temps pour que le trafic aérien revienne au niveau prépandémique, la porte-parole de l’Aéroport international d’Edmonton, Traci Bednard, se réjouit de la reprise des vols en provenance des États-Unis.

La pandémie a eu un impact important sur l’aéroport. [...] De savoir que nous allons de l’avant est très enthousiasmant, dit-elle.

Elle explique que l’AIE a dû démontrer à Ottawa sa capacité à recevoir un plus grand volume de voyageurs et à mettre en place les protocoles sanitaires requis.

L’aéroport a, par exemple, dû mettre sur pied un espace réservé aux tests de dépistage des voyageurs à leur arrivée.

Ces programmes sont en place depuis quelques mois déjà, indique-t-elle.

Retombées économiques

L’Aéroport ne sait pas encore à quelle date exactement il recevra son premier vol international.

Traci Bednard croit cependant que l’arrivée de voyageurs étrangers aura un impact positif sur l’activité économique de l’aéroport et de la région d’Edmonton.

L'AIE accueille généralement 1,5 million de voyageurs venus du monde entier par année, précise-t-elle.

Le retour de ces vols nous permet réellement d’aller de l’avant avec la reprise économique. C’est également important pour les commerces de l’aéroport. Des restaurants et des magasins ont dû fermer [pendant la pandémie] et certains d’entre eux vont rouvrir, explique Traci Bednard.

Le président-directeur général de la Chambre de commerce d’Edmonton, Jeffrey Sundquist, est du même avis.

C’est une bouffée d’air frais pour nous.

Une citation de :Jeffrey Sundquist, président-directeur général de la chambre de commerce d’Edmonton

Selon lui, l’Alberta accueille 1,2 million de voyageurs en provenance des États-Unis par année. Les entreprises qui profitent de l’industrie du tourisme et du voyage bénéficieront donc du retour des voyageurs américains.

Nous ne sommes pas encore sortis de l’auberge. Les vols ne reprendront pas dès le premier jour, ajoute cependant Jeffrey Sundquist.

Confiance des voyageurs

Dans la file d'attente pour enregistrer ses bagages à l'aéroport d'Edmonton, Elis Gokcu explique qu’elle part rendre visite à sa famille en Turquie. Elle devra faire escale à Vancouver.

La reprise des vols internationaux depuis la capitale albertaine est une bonne nouvelle pour elle, même si l’anxiété liée à la COVID-19 est toujours présente.

Je suis un peu nerveuse parce qu’on ne sait jamais si les gens sont malades. [...] Je suis tout de même contente parce que cela permet aux gens de rendre visite à leur famille et de partir en voyage, dit-elle.

Un avion de Flair Airlines.

La compagnie aérienne Flair Airlines espère bientôt pouvoir offrir des vols en provenance et à destination d'Edmonton.

Photo : Flair Airlines

Stephen Jones, le président-directeur général de la compagnie aérienne Flair, d'Edmonton, croit d’ailleurs que la reprise des vols internationaux permettra au public de regagner confiance et de recommencer à voyager.

Nous nous attendons à ce que le trafic intérieur et international augmente, affirme-t-il.

La compagnie aérienne a récemment annoncé de nouveaux vols internationaux en provenance de huit villes canadiennes vers six destinations américaines, dont la Floride, l'Arizona et la Californie, à compter du 31 octobre.

Pour l’instant, aucun de ces vols ne transitera par Edmonton. Stephen Jones affirme toutefois que l’entreprise espère augmenter le nombre de destinations rapidement.

Il ajoute que la reprise des vols internationaux permet à son entreprise de réembaucher du personnel. En avril, Flair n’avait qu’un seul avion en activité. Dès le mois d’août, ce nombre passera à 11.

Nous aurons bientôt 500 employés, conclut Stephen Jones.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !