•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

53 millions de dollars pour le traitement des personnes psychotiques en C.-B.

Un homme appuyé sur un mur dans une pièce sombre.

Les troubles psychotiques mènent à une perte de contact avec la réalité, parfois temporaire, qui peut se répercuter de manière importante sur le fonctionnement au quotidien.

Photo : getty images/istockphoto / KatarzynaBialasiewicz

Radio-Canada

Durant les trois prochaines années, la province embauchera une centaine d'intervenants en santé mentale afin de prendre en charge des personnes psychotiques, a annoncé mardi la ministre responsable des Dépendances et de la Santé mentale de la Colombie-Britannique, Sheila Malcolmson.

Au total, 53 millions de dollars prévus dans le budget 2021 seront consacrés à cette initiative.

Jusqu’à 1 Britanno-Colombien sur 30, de tous les milieux, souffrira d'une psychose à un moment de sa vie, a affirmé Mme Malcomson lors d’une conférence de presse.

Les troubles psychotiques mènent à une perte de contact avec la réalité, parfois temporaire, qui peut influer de manière importante sur le fonctionnement au quotidien. Les cas les plus graves sont liés à la schizophrénie.

Le fait d'obtenir un traitement rapidement peut considérablement améliorer l’avenir des personnes souffrant de psychose, indique la ministre par communiqué. C’est pourquoi nous investissons dans des interventions précoces, pour soutenir la guérison tôt et aider les personnes et leurs familles à s’épanouir.

Cibler les jeunes à risque le plus tôt possible

La centaine d'intervenants qui seront embauchés auront comme objectif de cibler le plus tôt possible les jeunes à risque de troubles psychotiques.

Ces nouveaux postes permettront d'augmenter la capacité d'accueil des 10 programmes spécialisés qui existent en Colombie-Britannique.

Actuellement, les services spécialisés d’intervention précoce en psychose sont disponibles par l’intermédiaire des régies de santé régionales partout dans la province, précise le ministère des Dépendances et de la Santé mentale.

Selon l’âge et les symptômes de la personne atteinte de troubles psychotiques, le traitement peut consister en médication et en thérapie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !